Le BS du bénitier, ambigramme chiffré ?

Le bénitier de l'église de Rennes-le-Château est surmonté d'un cartouche BS comme Bérenger Saunière ou Blanque et Salz ou Boudet et Saunière ?
Cartouche “BS” restauré après un acte de vandalisme sur le bénitier de l’église de Rennes-le-Château – Johan Netchacovitch ©

L’ancien BS

Le BS inscrit dans le médaillon rose au-dessus du diable de l’église de Rennes-le-Château n’a peut-être pas qu’un simple rapport aux mots. Ce pourrait-il qu’il soit un codage de nature « Alphabet-o-numérique » ? En alchimie, on parle de « percer pour voir » (percevoir) afin de « voir ça » (savoir) ! Ce que nous croyons voir n’est pas toujours ce qui paraît au premier coup d’œil. L’alchimie nous encourage à creuser (creuset). Alors j’ai pris la pelle (l’appel alchimique au bond) et j’espère avoir fait bonne pioche. Je vous propose donc de jouer avec moi au jeu des chiffres et (déchiffrer) des lettres.

Cartouche BS d'origine sous le bénitier de l'église de Rennes-le-Château
Cartouche “BS” originel sur le bénitier de l’église de Rennes-le-Château – Jean Brunelin ©

Comme le faisait remarquer Jean Brunelin : “Là où ils ont été mauvais, mais il en est toujours ainsi à Rennes, c’est qu’ils ne l’ont pas peint à l’identique !”

Le « tirage » des lettres BS ayant déjà donné plusieurs résultats : BS pour Bérenger Saunière, BS pour Skull and Bones (société secrète américaine) mais aussi BS pour Basilic/Salamandre, ces deux animaux seraient-ils ceux qui entourent justement l’inscription BS ? Cela aurait tout aussi bien pu être Bugarach et Sougraigne, deux villages distants de seulement 11 km.

Le bénitier de l'église de Rennes-le-Château surmonté par 4 anges
Bénitier de l’église de Rennes-le-Château – Johan Netchacovitch ©

BS = Blanque et Salz ?

C’est cependant le nom de deux rivières la Blanque et la Sals qui semble jusqu’à présent  donner le meilleur résultat (consensus). Je ne viens donc pas jeter un pavé dans la mare (ou rivière), mais juste « faire miroiter » une autre façon de voir. BS fait couler beaucoup d’encre et peut-être même de chine, car elles sont nombreuses les nationalités qui s’intéressent à l’énigme de RLC. Ne soyons donc pas avare d’en faire couler un petit peu encore. BS deux lettres bien ENIGMAtiques. Si la machine électromécanique ENIGMA des années 30 a été conçue pour le chiffrement et déchiffrement d’informations, ce pourrait-il que les deux lettres BS contiennent en elles-mêmes un chiffrement qu’il nous sera donné de lire si nous délaissons notre « esprit mécanique » pour effectuer une petite gymnastique calligraphique par le biais de l’ambigramme.

Mais qu’est-ce qu’un ambigramme ?

Un ambigramme est la figure graphique d’un mot qui, vu sous un angle différent ou par rotation, donne soit le même mot, soit tout autre chose. BS objecterez-vous n’est pas un mot. Certes, mais on peut appliquer à ces deux lettres cette définition, comme vous allez le voir. Si l’on observe bien la graphie du B et du S, nous y voyons non plus des lettres mais des chiffres. B étant un 3 collé sur un I ce qui nous donne I3. Si nous prenons un normographe n’est-ce pas ce que nous obtenons ? Quant à S c’est le chiffre 5 alphabétisé. Nous pouvons donc lire à présent B et S sous forme de nombres et non plus de lettres. Nous sommes donc bien dans un jeu de chiffres et de lettres.

PAR CE SIGNE TU LE VAINCRAS, devise du Cercle catholique de Narbonne
“PAR CE SIGNE TU LE VAINCRAS” – Johan Netchacovitch ©

La guématrie

Passons à présent « au tirage » des chiffres et voyons ce que nous pouvons lire. Si B = 13 et S = 5, nous obtenons 18. Et je ne vous apprendrai rien en vous disant que 18 c’est 3 fois 6 : soit 666. Il est donc amusant de constater que BS qui est écrit au-dessus du diable de l’église de RLC puisse se lire comme étant la résultante 666, chiffre que l’on retrouve dans le livre biblique de la révélation ou Apocalypse chapitre 13 (tiens donc) verset 18 soit (13 +5). Notons que le mot Bête commence par un B (I3) tout comme en anglais (Beast) et que par ailleurs, nous avons une succession de S (six) S (soixante) et S (Six) dans ce même verset. Que peut-on déduire de tout ceci ? 666 nous dit la bible est un nombre d’homme. L’homme peut donc vaincre la bête qui est en lui.

Comment ? La phrase mise en exergue au-dessus de la statue nous donnerait-elle la méthode à suivre : « par ce signe tu le vaincras » ? De quel signe s’agit-il ? Si nous observons bien la statue du diable, nous voyons que ses doigts forment un cœur, certains y voient un cercle mais, à y bien regarder ce n’est peut-être pas le cas. Le message ne serait-il pas simplement que l’amour permet de vaincre la bête, transmutant ainsi notre ANI/MAL (bête) en ANIMA juste en supprimant « le Hell » (L) ?

Le coeur du diable Asmodée de Rennes-le-Château
Le coeur du diable – Johan Netchacovitch ©

Mise à jour 21 aout 2019, 7 septembre 2014, Chant Civile ©

Voir le bénitier détérioré à la suite de l’acte islamiste du 23 avril 2017 (premier tour des élections présidentielle).

Etude sur le diable appelé Asmodée ! Lire ICI !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


4 × deux =