Le Suaire de Turin à Rennes-les-Bains

L’histoire du Suaire de Turin

Première apparition du linceul ou saint Suaire de Turin en l’an 66 pendant l’insurrection contre l’occupant romain.

Les Nazoréens d’Alep montrent à Jérôme l’évangile des Hébreux en araméen.

Le suaire est confié à l’apôtre Pierre et caché à Qumram.

Le suaire arrive entre 66 et 170 et est caché à Edesse en Turquie.

L’an 560, redécouverte du suaire à Edesse.

Le suaire est récupéré par un croisé Othon de la Roche en 1204 pendant le sac de Constantinople.

Sa descendante, Jeanne de Vergy, veuve de Geoffroy de Charny organise en 1357 les premières ostentations (expositions) dans la collégiale de Lirey bâtie par son défunt époux.

Rôle des Templiers

Le 15 avril 1204 , c’est la prise de Constantinople, la ville est saccagée et dépouillée de ses richesses et reliques. Le Sai,t Suaire se trouvait alors dans l’église de sainte Marie des Blachernes. Parmi les chevaliers, on note la présence de Guillaume de Champlite et celle d’Otton de la Roche.

C’est probablement Otton de la Roche qui détient le linceul et devient le premier Duc du duché d’Athènes.

Suite à la quatrième croisade, les templiers s’installent en Grèce. C’est à ce moment que les Templiers ramènent le linceul dans le royaume de Jérusalem, à Saint Jean d’Acre.

Et, c’est là que cela devient vraiment intéressant.

Le Saint Suaire est exposé lors d’un chapitre templier alors que Guillaume de Beaujeu est grand maitre (1273-1291). Après la défaite de Saint Jean d’Acre en 1291, les biens et les reliques sont transférés à Chypres, où se trouve Roger de Laron, puis emportés à Montpellier où Hugues de Paireaud dit avoir vu et touché le linceul au cours du chapitre général qui s’est tenu dans la ville en 1293. Il se serait trouvé au Temple de Paris en 1295 et 1296, dans les chapitres généraux de l’ordre.

Au chapitre de l’ordre du 24 juillet 1307, sentant la fin de l’ordre proche, Jacques de Molay décide de transférer le linceul en Champagne.

Le coffre contenant la sainte relique est remis aux descendants d’Otton Ier par Roger de Laron, il a passé vingt-quatre ans dans les états latins d’Orient.

Cette relique est protégée par les templiers, ainsi que d’autres trésors répartis après la dissolution de l’ordre.

Roger de Laron fut interrogé à Clermont-Ferrand en 1309, il fit profil bas, et préféra tout avouer et abjurer ses fautes plutôt que de subir la question. En échange, il reçut l’absolution et la liberté. Mais son action avec les templiers continua en secret.

C’est ainsi que le linceul sacré se serait retrouvé entre les mains de Jeanne de Vergy dans la collégiale de Lirey.

Saint Suaire de Turin sous forme de broche
Broche représentant le saint Suaire de Turin vendue aux pèlerins, l’ancêtre du pin’s

Le Saint Suaire de Turin dans la Vraie Langue Celtique

Le Saint Suaire était-il le Baphomet, idole barbue adorée par les templiers. Le Suaire de Turin serait-il une copie ? L’authentique se trouve-t-il caché profondément dans un lieu souterrain sur la commune de Rennes-les-Bains ?

L’abbé Henri Boudet semble nous le dire à la page 127 de La Vraie Langue Celtique et du cromleck de Rennes-les-Bains : ‘Une seule chose était indispensable, lorsque, rencontrant une caverne propre à servir d’abri temporaire, ils désiraient préparer, à un ardent foyer, le repas nécessaire ; c’était le silex, dont le nom basque est suarria, c’est-à-dire, un trait de lumière ou étincelle courant çà et là par l’effet du choc de deux objets dont l’un, le silex, est penché de côté, et l’autre, acier ou fer, est brandi, – to sway (soué), faire pencher de côté, brandir, – /, courir çà et là, – ray (ré), trait de lumière’.

Quand il nous parle du silex dont le nom basque est SUARRIA, cela donne par anagramme SUAIR : suaire car c’est bien de cela qu’il s’agit. Phonétiquement to sway (soué) / to hare = SWAYHARE.

24 février 2020, Aetius ©

Découvrir l’histoire du Saint Suaire de Turin : les dernières découvertes !

Du mythe à la vérité historique du saint Suaire de Turin.


Soutenez la Gazette de RLC

Vous avez apprécié cet article. Vous pouvez soutenir la Gazette de Rennes-le-Château en laissant un pourboire en cliquant sur ce lien https://fr.tipeee.com/gazetterenneslechateau !

Abonnez-vous à la liste de diffusion pour être tenu au courant des prochains articles en cliquant ICI !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


dix-neuf − 19 =