Décapitation du diable de Rennes-le-Château

Dimanche 23 avril 2017 acte terroriste dans l’église de Rennes-le-Château : le diable décapité

Le diable décapité : Nous avons été avertis que ce matin vers 11 h 30, dimanche des élections 23 avril 2017, la statue d’Asmodée a été vandalisée dans l’église de Rennes-le-Château. Les bras, la tête ont été détruits. L’église a été fermée.

Une femme seule arrivée vers 9 h dans le village se renseigne sur l’heure d’ouverture de l’église, y déambule et s’assied dans la grotte du jardin du calvaire jouxtant l’église. Après avoir téléphoné en s’exprimant en arabe, elle se rend dans l’église, saccage la statue du diable et troue le bas-relief dédié à Marie-Madeleine sous le maitre-autel.

Le diable décapité par une islamiste
La statue du diable de l’église de Rennes-le-Château décapitée – Noël Lauffenburger ©
La peinture de Marie-Madeleine vandalisée sous le maitre-autel de l'Eglise dédiée à la sainte
La peinture du bas-relief de Marie-Madeleine sous le maitre-autel détériorée – Noël Lauffenburger ©
Le diable décapité, le bras arraché !
Gros plan du cou du diable… qui a perdu sa tête – Noël Lauffenburger ©

Cette femme au manteau noir, robe blanche, masque (un loup) doré et voile noir, armée d’une hache, a décapité le diable, brisé ses deux bras, entaillé ses jambes. La tête du diable a ensuite été déposée sur l’autel.

Le diable décapité a eu aussi les 2 bras brisés
Les bras brisés du diable – DR

De plus, cette personne a continué… Elle s’est attaquée au bas-relief du maitre-autel et a troué la peinture au niveau de la tête de Marie-Madeleine.

Peinture Marie-Madeleine défigurée par l'islamiste
Marie-Madeleine défigurée ! – DR
Main brisée du diable Asmodée de Rennes-le-Château
Main coupée du diable – Gazette de Rennes-le-Château©

Ses propos étaient sensés et menaçants selon le témoignage de la personne qui a eu le courage d’intervenir seule pour raisonner la vandale et, devant son obstination, a prévenu le maire qui a neutralisé la femme avec l’aide de son premier adjoint avant l’arrivée des gendarmes qui ont interpellé l’intéressée.

Elle était calme et a revendiqué son acte : « Aujourd’hui, ici c’est un jour d’élection présidentielle, pendant qu’en Syrie, l’Occident bombarde et tue des enfants. Vous êtes tous des mécréants ! Mon mari est là-bas. »

Restes du bras du diable décapité
Débris aux pieds du diable – Gazette de Rennes-le-Château ©

Affaire à suivre assurément… vu que la journée du premier tour des élections présidentielles françaises se termine…

Lundi 24 avril 2017, l’enquête débute

Le dimanche, les scellés ont été apposés sur la porte de l’église ! Dès le lendemain, l’église a été rouverte et le diable est toujours présent avec les stigmates de l’agression.

La gendarmerie a apposé les scellés sur la porte de l'église Marie-Madeleine de Rennes-le-Château
Les scellés apposés sur la porte de l’église de Rennes-le-Château – Gazette de Rennes-le-Château ©

La voiture de la terroriste, une Golf bleu nuit, immatriculée dans le 24 (Dordogne), a été ensuite inspectée par les services de déminage en début de soirée. Ils l’ont désossée et y ont trouvé un bidon d’essence et des fils électriques (sans détonateur) ainsi qu’un Coran.

La Golf de la terroriste sur le parking de Rennes-le-Château
La voiture de la personne interpellée inspectée – Cathy Mercier de l’Indépendant ©
La voiture de l'interpellée surveillée par les gendarmes
Voiture de la personne interpellée – Cathy Mercier de l’Indépendant ©

Le journal “L’Indépendant” rapporte les propos du maire de Rennes-le-Château, Alexandre Painco : « Cette femme était déterminée et son geste prémédité. Elle a choisi ce jour d’élection, ce lieu précis, pour qu’il ait un impact médiatique important et ainsi porter atteinte à la République française. »

Le genou du diable a reçu des coups de manchette
Le genou du diable entaillé – Noël Lauffenburger ©

Un Coran a été déposé au pied d’Asmodée et des propos djihadistes ont été prononcés… : « Vous êtes tous des mécréants ! », « Je suis chez moi, tu n’es pas chez toi ! »

Lire l’article de la Dépêche du Midi !

La mairie a apposé un explicatif sur l'état du diable de l'église
Explication de la mairie sur l’état du diable – DR

A qui voulait l’entendre, elle précisait qu’elle travaille chez un avocat et possède un bac +3. Elle a dit qu’il ne faut pas idôlatrer les statues et se décrivait comme « une musulmane juive d’éducation chrétienne » !!!

Lundi soir, de sources proches de l’enquête, nous avons appris que la personne n’était plus en garde à vue mais hospitalisée !

L’interrogation de notre article de lundi est amplifiée : troubles psychiatriques ? islamiste radicale ? les deux ? Une piste plus liée à Rennes-le-Château est évoquée : l’aspect symbolique des déprédations…

A suivre…

Voir le bénitier et le diable avant le saccage !

Lire l’étude sur le diable de l’église, Asmodée !

Mercredi 26 avril 2017 : Le village sous le choc

– Le calme revient peu à peu dans le village de Rennes-le-Château. Les commerçants relativisent les faits et les traitent comme un fait divers…

– La principale témoin rappelle sa rencontre avec l’iconoclaste, ses propos calmes et sa volonté de paraitre cultivée. Celle-ci est originaire de Quillan à quelques kilomètres de lieu de son forfait. Elle habite en Ariège et travaillerait à Toulouse.

– Le maire du village, Alexandre Painco, se veut réactif et prospecte le marché des restaurateurs en vue de restaurer le diable, souvent dénommé Asmodée, et le bas-relief avec Marie-Madeleine.

– Ensuite, il envisage un appel aux dons via une plate-forme participative.

– Un rumeur à dégonfler : le diable est toujours bien présent dans l’église, un panneau expliquant son état.

– Rien ne filtre du côté de la maréchaussée concernant l’enquête et l’éventuelle mise en examen de la personne arrêtée.

Jeudi 27 avril 2017 : hommage au diable décapité

Leslie Cottle, passionnée par Rennes-le-Château, a réalisé un film d’hommage à la suite de l’acte de vandalisme de ce dimanche !

Leslie Cottle rend hommage au diable décapité !

Jeudi 11 mai 2017 : “Ni folle ni radicalisée”

Le bourreau du diable et de Marie-Madeleine avait très vite été interné après son forfait présumé du dimanche 23 avril 2017, jour du premier tour des élections présidentielles…

Cette habitante de Lavelanet ne présente pas “d’abolition de son discernement” précise le procureur de la République de Carcassonne, Vincent Auger ! De plus, l’enquête n’a pas mis à jour des éléments liés à “une éventuelle radicalisation”.

La femme originaire de Quillan sera jugée le 8 septembre en correctionnelle ! (Source L’Indépendant du 11 mai 2017)

Samedi 13 mai 2017 : “Avis des témoins” suite au diable décapité

Plusieurs témoins de l’acte de vandalisme pensent que la personne interpellée et remise en liberté sous contrôle judiciaire n’est pas folle, qu’elle a agi calmement en tenant des propos liés à l’islam ! Il lui est interdit de venir à Rennes-le-Château !

Jeudi 27 juillet 2017 : “Tribunal correctionnel”

L’Ariégeoise d’une trentaine d’années doit comparaitre le 8 septembre 2017 devant le tribunal correctionnel de Carcassonne pour justifier des faits de « dégradation d’un effectif affecté au culte ».

Samedi 28 octobre 2017 : Jugement du Tribunal correctionnel de Carcassonne

Après l’audience reportée du 8 septembre, les protagonistes se sont retrouvés ce vendredi 27 octobre devant le tribunal correctionnel de Carcassonne !

D’emblée, la femme de 37 ans habitant Lavelanet a récusé son avocate… Elle se lance donc seule dans des explications brouillonnes, voire incohérentes présentant un salmigondis d’ésotérisme de bazar mélangé à des propos approximatifs de géopolitique et de “sciences” religieuses !

“Cet acte prémédité et réfléchi dans un but symbolique et pour faire un coup de pub pour un livre sur lequel je travaille depuis 25 ans”. Elle affirme également être l’ancienne compagne de “Sabri Essid, le demi-frère de Mohamed Merah”.

Un acte “symbolique” que cette décapitation “pour montrer la destruction du mal incarné”.

La président du tribunal et le ministère public rélèvent les propos irrationnels de la prévenue, mettent en avant le rapport psychiatrique : “une atteinte de la personnalité de type paranoïaque”. Nous vous conseillons de (re)lire la mise à jour du 11 mai 2017 ci-dessous sous le titre “Ni folle, ni radicalisée”…

Les aveux de la prévenue mettent à mal une partie des informations véhiculées depuis le forfait : “Aujourd’hui, je souhaite officiellement rejeter la nationalité française pour demander la nationalité palestinienne”. Quant aux dommages causés : “Je ne paierai même pas un euro symbolique pour cette statue”.

Le substitut du procureur de la République, Eric Lapeyre, a requis 6 mois d’emprisonnement assortis d’un sursis total et de l’obligation de soins tout en soulignant la crainte d’une récidive !

Le jugement a été mis en délibéré le 24 novembre.

Les citations sont issues de la Dépêche du Midi du 28 octobre 2017 à lire ICI !

On apprend également que la restauration du diable et du bas-relief de l’autel de l’église Sainte-Marie-Madeleine coutera 7 712 €.

Le bas-relief Marie-Madeleine vandalisé est en terre cuite !
Le bas-relief “Marie-Madeleine” est bien en terre cuite… Il sera aussi restauré !

24 novembre 2017 : Jugement sur le “diable décapité”

Deux mois de prison avec sursis assorti d’une mise à l’épreuve d’une durée de 24 mois avec obligation de soins et interdiction de venir à Rennes-le-Château. La coupable devra également payer les frais liés à ses dégradations, à savoir 17718 euros !

Mise à jour 20 aout 2019, Johan Netchacovitch, rédacteur en chef de la Gazette de Rennes-le-Château ©

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


quinze − 13 =