Retour des visites guidées, chasses au trésor, escape games…

Visites guidées

Escape game à Alet-les-Bains La prophétie de Nostradamus ou une visite guidée

Visites guidées

Bonjour à tous,

C’est avec plaisir que je vous annonce le retour des visites guidées,
chasses aux trésor, escape games et excursions. Voici le programme pour
les jours à venir :

– RENNES-LE-CHATEAU, le trésor de l’abbé Saunière. Le jeudi 21 mai à
14H30, 6 €/pers.

CHASSE AU TRESOR INSOLITE D’ALET-LES-BAINS, le trésor des évêques. Le vendredi 22 mai à 14H30. 10 € / pers.

– LA GROTTE MARIE-MADELEINE à Rennes-le-Château. Excursion guidée le
samedi 23 mai à 14H30. 8 € / pers.

– RENNES-LE-CHATEAU, le trésor de l’abbé Saunière. Le samedi 30 mai à
14H30, 6 €/pers.

– CHASSE AU TRESOR INSOLITE D’ALET-LES-BAINS, le trésor des évêques. Le dimanche 31 mai à 14H00. 10 € / pers.

Et tous les jours à la demande:
Escape game en extérieur au cœur de la cité médiévale d’Alet, “La
prophétie de Nostradamus”, à partir de 12 € par personne.
– Escape game au château d’Arques “Le trésor des Cathares”. A partir de
15 € par personne.

Renseignements et réservations au 06 72 73 81 20

A très bientôt pour de nouvelles aventures.

Stéphanie, guide de “Légendes d’Oc”.

Un voyage au cœur des mystères du Razès…

Visites guidées des ruines du château de Coustaussa par Socquet Juglard
Les ruines fantômatiques du château de Coustaussa (Photo Socquet Juglard)

Visites guidées !

Les villages de la Haute-Vallée de l’Aude, notre antique Razès, abritent de bien mystérieuses légendes, où le malin côtoie sans cesse le divin… Ici, on ne peut qu’être éblouis par la beauté de ces paysages sauvages marqués à tout jamais par l’histoire d’un passé fort ténébreux !

La tradition orale veut que des trésors historiques sacrés soient enterrés dans quelque grotte du secteur, comme celui du Temple de Salomon. On parle même de mines d’or… Tour à tour plane l’ombre des Romains, des Wisigoths, des Cathares ou des Templiers…

Mais ces légendes, aussi fabuleuses soient-elles, ne comportent-elles pas une part de vérité ?

Les églises de Rennes-le-Château et du secteur fourmillent de symboles paraissant former un rébus. Tout semble là pour nous délivrer un message.

Quel secret se cache dans cette énigmatique partie de la contrée ? Quelle est l’origine de la subite fortune de Bérenger Saunière, curé de Rennes-le-Château à la fin du 19e siècle ? Quantité d’argent semblait circuler entre les prêtres des villages environnants. Faisaient-ils partie d’une société discrète ? L’un d’eux, l’abbé Gélis, curé de Coustaussa, finira sauvagement assassiné.

Au cours des visites guidées que j’organise à Rennes-le-Château, mais aussi à Arques, Alet-les-Bains, Bugarach, Rennes-les-Bains ou encore à Campagne-sur-Aude, je me plais à entraîner les visiteurs dans un tourbillon d’histoires et de légendes sur des sites où le mystère est palpable. Leur curiosité ainsi aiguisée, je leur fais découvrir des détails insolites, des codages insoupçonnés, laissés volontairement par les prêtres au 19e siècle…

Aujourd’hui, je vous en livre quelques-uns reliant trois églises majeures : Rennes-le-Château, Coustaussa et l’église templière de Campagne-sur-Aude… Préparez-vous à vivre une inoubliable aventure au cours de cet insolite voyage en Terres Occitanes…

Rennes-le-Château : visites guidées

Commençons par Rennes-le-Château, village à la notoriété mondiale connu par l’histoire insolite de son curé aux milliards, l’abbé Bérenger Saunière. Cet ecclésiastique à la vie dissolue, de condition modeste au début de son sacerdoce, voit son train de vie considérablement augmenter suite à l’exhumation de diverses caches dans la petite église Marie-Madeleine. La découverte majeure du prêtre serait celle de l’hypothétique tombeau des seigneurs sis sous le chœur de l’édifice religieux. Divers documents, plusieurs fois publiés, font allusion à cette crypte.

Si nous sommes nombreux à penser que l’abbé Saunière a disséminé volontairement des indices destinés à la postérité concernant le secret qu’il aurait découvert, peu de chercheurs semblent avoir remarqué un détail dans le chœur de l’église. Ce dernier montre de façon explicite que non seulement l’abbé Saunière avait bien mis à jour cette crypte, mais qu’en plus il souhaitait nous indiquer son emplacement exact.

En effet, un jour, lors de l’une de mes visites guidées, mon regard fut attiré par quelque chose de très curieux qui, à ma connaissance, n’avait jamais été relevé ou mentionné jusqu’à présent. On parle depuis longtemps de « l’erreur » de carrelage dans la villa Béthanie ou la tour Magdala, mais on ne parle jamais de celle de l’église. Et pourtant là aussi sur le carrelage en trois dimensions du chœur, on constate des anomalies dans la pose de ce dernier, de sorte que, si nous plongeons notre regard sur ces reliefs en trois dimensions, nous percevons de façon très nette le passage de l’escalier que Saunière avait découvert sous la dalle des chevaliers.

Carrelage du choeur de l'église de Rennes-le-Château

L’œil attentif remarquera que les cubes situés sur les extrémités droites et gauches du chœur sont tous disposés un par un, régulièrement sans erreur, mais le centre n’obéit pas à cette règle. On discerne très nettement que certains cubes sont assemblés deux par deux en entonnoir, de façon à dessiner un passage. Et c’est là précisément que se situait l’ancien escalier. A ce niveau sous la balustrade en bois où repose le maître autel, se trouve encore l’épais dallage d’origine qui sonne creux. A quelques mètres sous nos pieds le vide résonne ! Alors lorsque vous visiterez l’église de Rennes-le-Château, scrutez ce damier en cubes noirs et blancs et vous percevrez à votre tour cet étonnant trompe-l’œil. Les plus observateurs remarqueront certainement une autre anomalie, volontaire ou pas…

Visites guidées de l'entrée de la crypte de l'église de Rennes-le-Château

En sortant de l’église, observez attentivement la statue de Marie-Madeleine surmontant le porche. Elle tient dans sa main une croix orientée de façon très curieuse. Habituellement cette sainte tient contre elle une croix positionnée à la verticale ; or, ici, il n’en est rien. Elle oriente sa croix comme si elle voulait nous montrer une direction : le sud-est.  Plus rare encore, cette croix est ornée d’un Christ crucifié.  

Marie-Madeleine sous le porche de l'église de Rennes-le-Château

Nous retrouvons cette même particularité sur un site moins connu, mais dont l’histoire de son prêtre rappelle étrangement celle du curé de Rennes. Il s’agit de l’abbé de Coma qui officiait à Baulou dans l’Ariège au 19e siècle. De condition modeste, il eut une vie assez similaire à celle de l’abbé Saunière, vouant entre autres une réelle dévotion à Marie-Madeleine. Disposant lui aussi soudainement de revenus considérables, il construisit un immense monastère et une église aux parfums hérétiques. Il n’en subsiste quasiment rien aujourd’hui, l’Evêché de Pamiers ayant en 1957 délibérément décidé de détruire à l’explosif son œuvre (voir et commander mon ouvrage « Baulou, le monastère dynamité »).

Grotte du Baulou avec une Marie-Madeleine

Outre une crypte aménagée au nom de Jésus par le père de Coma, il subsiste une grotte en tout point semblable à celle des jardins de l’église de Rennes-le-Château.  Mais ce n’est pas le seul point commun… Si l’on observe la croix que la pécheresse tient dans sa main, on remarque une fois de plus qu’elle est décorée d’un Christ crucifié et qu’elle pointe dans la même direction : le sud-est ! Reste à retrouver ce lieu mystérieux qu’elles semblent vouloir nous indiquer…

Crucifix tenu par Marie-Madeleine dans la grotte du Baulou

Campagne-sur-Aude

Dirigeons-nous à présent vers le petit village de Campagne sur Aude, ancien fort templier, le seul de l’Aude, où subsistent encore de magnifiques traces de ce passé chevaleresque. Ici se succédèrent les Templiers, les Hospitaliers, puis les chevaliers de l’Ordre de Malte, ce qui laisse présager de bonnes surprises lorsque l’on pénètre à l’intérieur de l’église de ce magnifique village en circulade. Cette dernière abrite maintes curiosités et je vous en partage deux aujourd’hui.

Il semble que l’ombre de Marie-Madeleine et Rennes-le-Château planent encore ici.

Dans le chœur, un étrange tableau montre une Vierge aux cheveux dénoués tombant sur ses épaules accompagnée de l’enfant Jésus et Jean-Baptiste. Ce tableau relate une scène de guérison. Jean-Baptiste tient dans sa main un verre d’eau miraculeuse provenant d’après l’histoire de l’une des sources chaudes de Campagne-les-Bains sise à un kilomètre de là.  La scène se déroule dans une grotte. Ces dernières ne manquent pas dans le secteur. On en trouve d’innombrables à Rennes-les-Bains, au Bézu, ou encore à Bugarach. Le paysage en arrière-plan ne laisse aucun doute, les falaises représentées sont celles visibles au pied du village de Rennes-le-Château. Il s’agit de la grotte Marie-Madeleine située sur la commune de Rennes, juste en face du village. Pour rappel, l’abbé Saunière a orienté les fenêtres de l’échauguette de sa tour Magdala dans cette direction, une anomalie de carrelage au pied de la tour Magdala pointe également sur cette grotte.  On sait que Saunière avait acheté des terrains au pied de cette cavité…  

Eglise de Campagne-sur-Aude avec son tableau à la grotte Marie-Madeleine

Ce tableau de l’église templière date de 1838 et a été peint par un artiste connu des chercheurs de Rennes, Jean-Baptiste Rouch, qui a réalisé le curieux tableau visible dans l’église de Rennes-les-Bains et nommé par certains « Le Christ au lièvre ». Il s’agit d’une pietà qui est la copie peinte à l’envers d’un tableau du peintre flamand Van Dick conservé par le musée d’Anvers.  Le jeu de mot était amusant… Sur ce tableau dans l’église de Campagne, on aperçoit très distinctement au-dessus des falaises le petit village de Rennes-le-Château. On croit discerner la tour Magdala. Or sa présence sur la peinture serait anachronique, il est donc impossible que ce soit cette dernière qui soit représentée. Elle ne fut construite qu’à partir de l’an 1900 et achevée environ cinq ans plus tard. Ce que l’on voit ici est l’unique représentation du château de Rennes, le château du 11e siècle, qui avait été détruit et reconstruit au 13e siècle à la place que nous lui connaissons aujourd’hui.

En 1900, Saunière décida de le détruire totalement pour bâtir à cet emplacement de choix et de roi sa future bibliothèque.

Le village de Rennes-le-Château vu de la grotte Marie-Madeleine

La présence de la grotte Marie-Madeleine assortie d’une scène de guérison en son sein tend à montrer l’importance qu’elle revêtait au 19e siècle. S’agissait-il d’un sanctuaire sacré à l’époque justifiant qu’on représente en son antre ces personnages bibliques ?

Mais le plus étonnant se déroule dans l’église de Campagne-sur-Aude le 17 janvier à midi heure solaire. Lorsque le soleil est au rendez-vous, on peut observer un phénomène lumineux similaire à celui se produisant dans l’église de Rennes-le-Château, connu sous le nom « Les pommes bleues »Point d’orgue de ce phénomène, lorsqu’il arrive à sa plus belle intensité, il désigne l’entrée de l’ancien souterrain de l’église aujourd’hui condamné.

Les pommes bleues de l'église de Campagne-sur-Aude indiquent l'entrée du souterrain.
Photo Jorge Vello

Coustaussa

J’oserai un dernier lien qui nous relie encore et toujours à Rennes-le-Château. Pour notre dernière halte rendons nous à Coustaussa, village tristement célèbre pour l’histoire de l’abbé Gélis, sauvagement assassiné dans son presbytère la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1897.

Lorsque Saunière avait découvert le mystérieux tombeau dans son église, il s’était empressé de rendre visite à son confrère. La suite nous la connaissons. Est-il mort à cause du secret qu’on lui avait confié ? En savait-il davantage que le curé de Rennes ? L’abbé Gélis n’avait rien à envier à Saunière au niveau financier car les gendarmes découvritent chez lui un plan codé où il avait répertorié treize caches contenant de l’or.  Il y a une vingtaine d’années, alors que je visitais pour la première fois l’église de Coustaussa, un objet posé dans la sacristie près du portrait de Léon XIII attira mon attention (Saunière a fait graver le blason de ce pape sur le porche de son église). Il s’agissait d’un petit objet en bois semblant dater de son époque, mais à la forme insolite dans un édifice catholique : le sceau  de Salomon, le même qui orne plusieurs vitraux sur les églises et cathédrales d’Alet-les-Bains, Limoux et Carcassonne ou jadis le parvis de Notre Dame de Marceille. Mais surtout le même qui se trouve caché à l’intérieur du château de Rennes sur la tête de lit patrimonial des seigneurs (voir et commander mon dernier ouvrage, « L’héritière de Marie-Madeleine »).

Sceau de Salomon dans l'église de Coustaussa

On raconte que Marie de Nègres d’Ables, dame d’Hautpoul de Blanchefort et dernière seigneuresse du château de Rennes-le-Château, aurait confié sur son lit de mort un secret de grande importance à son confesseur l’abbé Bigou. Secret que ce dernier aurait retranscrit entre autres sur la pierre tombale de cette noble dame ou sur des parchemins, jusqu’au jour où l’abbé Saunière aurait redécouvert ces messages en rénovant sa petite église…

Ultime curiosité, visible sur un livre, plus précisément un atlas universel, ayant appartenu à l’abbé Saunière. On y voit des notes et dessins gribouillés par le curé. Mis à part sa signature, il a dessiné un symbole cher à ses yeux, la fleur de lys, incarnation de ses convictions royalistes. Mais pour quelle raison incompréhensible a-t-il surmonté cette fleur du sceau de Salomon ? A ce stade, la seule chose que l’on peut affirmer, c’est qu’on ne peut plus parler de hasard !! Cette étoile à six branches serait-elle un signe de reconnaissance pour les membres d’une même organisation, d’une connaissance commune ou d’un pan de l’histoire méconnu ou oublié ?

Clichés Musée Terre de Rhedae – Années 1990

L’avenir nous révèlera peut-être son secret et nous dira si Saunière avait mis au jour la plus ancienne crypte de France.  Que pourrait-elle abriter ? Des reliques, des documents de haute valeur historique, un colossal trésor, voire le tombeau d’un illustre personnage ? Pourquoi pas celui que Nostradamus nomme le « Grand Romain » ? Ce qui est certain, c’est que Rennes-le-Château est l’arbre qui cache la forêt si l’on se fie à la multitude des signes et codages cachés dans les villages voisins et qui ne demandent qu’à être dévoilés…

Fleur de lys surmontée par le sceau de Salomon

21 avril 2020, Stéphanie BUTTEGEG, guide touristique de « Légendes d’Oc » (visites guidées), auteure du livre « Guide du Razès insolite » et webmaster du site www.legendes-doc.com ©

Légendes d'Oc


Stéphanie Buttegeg en conversation avec le diable de l'église de Rennes le Château lors de ses visites guidées
Stéphanie Buttegeg en conversation avec le diable de l’église de Rennes-le-Château

Visites guidées de septembre 2019, escape game : pour tout renseignement, inscription obligatoire auprès de Stéphanie : tourisme@legendes-doc.com06 72 73 81 20

Son site www.legendes-doc.com !


En partenariat avec la Gazette de Rennes-le-Château !

Visites guidées théâtralisées
Visites guidées théâtralisées

Veuillez noter que tous les jours, vous pouvez jouer sur réservation à l’Escape Game au château médiéval d’Arques, intitulé “Le trésor des Cathares”. Présentation de l’Escape Game en cliquant ici ! A partir de 15 €/pers.


La guide des visites guidées

Depuis le mois de mars 2015, Stéphanie Buttegeg, munie du titre professionnel de guide accompagnatrice et d’un BTS Tourisme accueil-animation, vous convie à toute une série de visites guidées et d’excursions insolites en terres occitanes.

Visites guidées au fauteuil du diable de Rennes-les-Bains - S. Buttegeg ©
Un des fauteuils de Rennes-les-Bains – S. Buttegeg ©

Ecrivaine, chercheuse, spécialiste de la région audoise, elle est connue et reconnue pour ses recherches aux archives départementales et ses investigations sur le terrain ! Rigueur, tenacité et probité sont ses qualités, gage de visites conviviales et intéressantes. Elle s’adresse non seulement aux néophytes, curieux, touristes “d’un jour”, mais aussi aux amoureux de culture, d’archéologie et d’ésotérisme, comme aux chercheurs plus ou moins aguerris.

Un reportage télévisé sur France 2 lui a été consacré. Ses formidables investigations lui ont permis de retrouver d’antiques sites insolites, méconnus ou oubliés, qu’elle souhaite aujourd’hui vous faire découvrir.

La région, riche en légendes et histoires vraies, est propice à de nombreuses découvertes. Le programme des visites individuelles ou en groupes est très diversifié et modulable selon vos souhaits : évidemment Rennes-le-Château et son mystère sont à l’affiche, tout comme Rennes-les-Bains et ses énigmatiques fauteuils dits du diable, Alet-les-Bains sur la piste de Nostradamus, Bugarach et sa montagne magique, la féérique route des menhirs, un voyage extraordinaire dans les traces des dinosaures, etc. Ce sont des visites “tout public” !

Visites guidées à la pierre levée des "Pontils" - S. Buttegeg ©
La pierre levée des “Pontils” – S. Buttegeg ©

Si vous voulez sortir des sentiers battus ou alimenter vos recherches, Stéphanie propose aussi les grottes trésoraires de la région, les mines romaines ou plus récentes de Rennes-les-Bains, Couiza…, les secrets des comtes de Fleury, etc. Pour l’avoir accompagnée sur le terrain, nous pouvons vous certifier que l’aventure est garantie !

Reportage de France 2

Ci-dessous, le reportage de France 2 et quelques exemples de visites ! Nous vous conseillons également de consulter son site pour lire le programme des visites sur www.legendes-doc.com !

Pour tout renseignement, inscription auprès de Stéphanie :
tourisme@legendes-doc.com ou 06 72 73 81 20 !

Un voyage inoubliable au cœur des mystères du Pays Cathare !

 Au programme des visites guidées :

Rennes-le-Château, son trésor, ses légendes, son mystère… Pour tout savoir sur les mystères de Rennes… La mythique affaire de Rennes-le-Château n’aura plus aucun secret pour vous ! 

Les grottes trésoraires de Rennes-le-Château, sur les traces du curé aux milliards…

Rennes-les-Bains, des mines romaines au secret d’un prêtre érudit… 

Les énigmatiques fauteuils de pierre de Rennes-les-Bains 

Bugarach, une montagne sacrée ? 

Alet-les-Bains, de Nostradamus aux antipapes 

Le menhir de Peyrolles & son ancienne carrière de pierre 

La féérique route des menhirs

La fabuleuse chasse au trésor de Rennes…

Etc.

Visites guidées à Alet-les-Bains devant l'abbaye - S. Buttegeg ©
A Alet-les-Bains devant l’abbaye – S. Buttegeg ©

28 avril 2015, mise à jour 26 mars 2017, 13 aout 2019 et 14 février 2020, Johan Netchacovitch ©

Soutenez la Gazette de RLC

Vous avez apprécié ces visites guidées. Vous pouvez soutenir la Gazette de Rennes-le-Château en laissant un pourboire en cliquant sur ce lien https://fr.tipeee.com/gazetterenneslechateau !

Abonnez-vous à la liste de diffusion pour être tenu au courant des prochains articles en cliquant ICI !

2 Rétroliens / Pings

  1. ESCAPE GAME Trésor cathare Arques (Aude - 11) - REPORTAGES
  2. En baguenaudant à Rennes-le-Château en février 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


dix-huit − 1 =