DA VINCI CODE

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Denis Roche le Da Vinci Code de Dan BROWN fut un événement avec 4 millions d’exemplaires vendus aux Etats-Unis. Il fut traduit dans 35 pays.

« Pour moi Dan Brown est aujourd’hui l’auteur à lire. Da Vinci Code est un livre envoûtant, idéal pour les passionnés d’histoire, les amateurs de conspirations, les mordus du mystère, pour tous ceux qui aiment les grands récits que l’on n’arrive pas à lâcher. J’ai adoré cet ouvrage. » Harlan Coben

Le roman

Le début du roman : De passage à Paris, Robert Langdon, professeur à Havard et spécialiste de symbologie, est appelé d’urgence au Louvre, en pleine nuit. Jacques Saunière, le conservateur en chef a été retrouvé assassiné au milieu de la Grande Galerie. Au côté du cadavre, la police a trouvé un message codé. Langdon et Sophie Neveu, une brillante cryptographe membre de la police, tentent de le résoudre. Ils sont stupéfaits lorsque les premiers indices les conduisent à l’œuvre de Léonard de Vinci. Ils découvrent également que Saunière était membre du Prieuré de Sion, une société secrète dont avaient fait partie Nexton, Boticelli, Léonardo da Vinci, Victor Hugo, et qu’il protégeait un secret millénaire.

L’enquête de nos deux héros les entraînera à travers la France et le Royaume-Uni, non seulement pour chercher une vérité longtemps cachée concernant la Chrétienté, mais également pour échapper à ceux qui voudraient s’emparer du secret. Pour réussir, il leur faut résoudre de nombreuses énigmes, et vite, sinon le secret risque d’être perdu à tout jamais.

Dan Brown

L’auteur : Dan Brown Avant d’être un auteur reconnu, Dan Brown était professeur d’anglais et historien d’art. L’étude des codes secrets l’a toujours passionné. Il écrit pour plusieurs revues dont Newsweek et The New-Yorker. Il vit dans le New England. Da Vinci code est son quatrième roman (ses deux derniers ouvrages paraîtront chez Lattès en 2005).

Le « Da Vinci Code » ou la quête du Graal !

Dan Brown a réussi un coup de maître avec ce thriller ésotérique haletant et captivant, au rythme soutenu tout au long des 571 pages grâce au découpage en courts chapitres qui entraînent le lecteur sur les traces des différents protagonistes : les aventuriers, les tueurs, la police… Chaque chapitre se clôt sur une attente et le suivant enchaîne avec d’autres personnages comme dans les meilleures bandes dessinées !

Le Prieuré de Sion de Pierre Plantard et Philippe de Chérisey

Dès la première page, Dan Brown énonce des faits; le Prieuré de Sion, les Dossiers Secrets, l’Opus Dei, Leonardo Da Vinci, Victor Hugo sont les paramètres de son œuvre qu’il débute au Louvre par l’assassinat du conservateur en chef, Jacques Saunière, tué par un albinos, Silas. Le commissaire, Bézu Fache, demande l’avis d’un professeur de symbolique religieuse d’Harvard, Robert Langdon, car Saunière a mis en scène sa mort : nu, bras et jambes écartés, un pentacle dessiné sur le ventre,… dans la position de « L’Homme de Vitruve » de De Vinci.

Sophie Neveu, petite-fille de Saunière et cryptographe à la police criminelle, prêtera assistance à Langdon. Très vite, ils se transformeront en aventuriers à la recherche du Graal.

Dès lors, le roman prend sa vitesse de croisière, des lieux et des objets nourrissent les réflexions des héros. Que peuvent apporter un stylo de lumière noire, un mouchard GPS, le nombre PHI, un cryptex? Quel est le rôle de Mgr Manuel Aringarosa, prélat de l’Opus Dei? Que manigance-t-il à Castel Gandolfo? Qui est le « Maître » qui tire les ficelles en coulisse?

En quoi le concile de Nicée, l’empereur Constantin et la Banque Zurichoise de Dépôt de Paris sont-ils liés ?

L’action se déroule également dans deux pays, la France et l’Angleterre…, l’ombre du Prieuré de Sion guide les pas de Sophie et Robert à travers le Louvre, l’église Saint Sulpice, Temple Church, l’abbaye de Westminster, la Rosslyn Chapel !

Les amateurs d’énigmes et de cryptogrammes se réjouiront : anagrammes, code de Leonardo Fibonacci, analyses de « La Joconde », de la « Vierge aux Rochers », références historiques, etc. interpellent le lecteur qui se mue en chercheur et se surprend à essayer de décoder certains cryptex et … y arrive parfois.

Dan Brown a rédigé un roman tout public ; amateur de romans policiers, d’énigmes, férus d’ésotérisme ou d’histoire des religions, chacun y trouvera son bonheur. 

Le Da Vinci Code et Rennes-le-Château

Dans le film Da Vinci Code, un vin château Rennes...
Clin d’œil du film !

Le conservateur du Louvre, Jacques Saunière, réputé pour ses recherches sur les codes cachés dans les tableaux de Poussin et Teniers, nous rappelle bien évidemment l’abbé Bérenger Saunière qui aurait acheté les copies d’œuvres de ses deux peintres lors de son passage au musée du Louvre à Paris!

Le méridien de Paris est omniprésent à Saint Sulpice, le gnomon le matérialise, la Rose Ligne et la Rosslyn Chapel y font référence. 

Dans l’Aude, le méridien passe à quelques mètres du tombeau des Pontils. Certains le suivent comme une voie sacrée.

Les Dossiers Secrets révèlent les Grands Maîtres du Prieuré de Sion (Da Vinci, Victor Hugo, Isaac Newton, etc.) ; Dan Brown mentionne même la cote de la Bibliothèque Nationale! Les familles Plantard et Saint-Clair sont citées aussi. Les descendances mérovingienne et christique sont revendiquées. 

Dans notre affaire, les dossiers sont identiques et connus sous le titre des dossiers Lobineau, les listes sont les mêmes (à l’exception de Jacques Saunière !) ainsi que les motivations.

Le rôle prépondérant des Templiers depuis leur création est avancé par l’auteur : création de l’Ordre, fouilles du temple de Salomon, découverte d’un trésor remettant en cause l’église catholique romaine, retour du trésor en France et surveillance du lieu par le Prieuré de Sion.

Cette thèse rejoint celle de la descendance mérovingienne et du sang sacré développée par Pierre Plantard et Philippe de Chérisey à travers les écrits de Gérard de Sède. Le Prieuré de Sion, toujours présent au 20e siècle, est chargé de protéger ce secret.

Marie-Madeleine, épouse de Jésus, ses enfants, sa tombe sont le véritable Graal du récit !

Beaucoup d’écrivains anglo-saxons ont développé cette thèse et situent à divers endroits le tombeau du Christ. Ils lui reconnaissent une descendance, donc une épouse. Des forums francophones débattent également sur ce thème.

En clin d’œil, enfin sans doute !, le prénom du commissaire Fache, Bezu, évoque le château des Templiers, proche de Rennes-le-Château; le nom de la sœur Sandrine Bieil qui veille sur le secret de Saint Sulpice, rappelle l’abbé Bieil de Saint Sulpice que Saunière aurait rencontré pour lui montrer ses parchemins.

ETC.

Dan Brown a été bien informé !

La rédaction constate donc que Dan Brown est très bien informé de l’affaire de Rennes-le-Château, même s’il ne cite pas le lieu. Les nombreuses comparaisons le confirment. Quant à la pertinence de ses sources, c’est une tout autre histoire !!! Il puise abondamment dans le terreau des écrivains anglophones, « L’énigme Sacrée » et « Le Message » de Baigent, Leigh et Lincoln, « La Montagne Sacrée » de Andrews et Schellenberger, « Rex Deus » de Hopkins, Simmans et Wallace-Murphy. Ces auteurs ont privilégié la piste des documents Lobineau, faux notoires, attestant une pseudo-descendance mérovingienne et, surtout, christique ainsi que le rôle du Prieuré de Sion qui, dans sa version actuelle, est une création de Pierre Plantard !

Nonobstant la mise au point par rapport à Rennes-le-Château, vous éprouverez un réel plaisir à suivre Sophie et Robert dans leur quête du Graal… ; l’essentiel n’étant-il pas de poursuivre la Quête ?

Mise à jour 31 octobre 2019, 3 mars 2004, Johan Netchacovitch ©

Vous avez apprécié cet article. Abonnez-vous à la liste de diffusion pour être tenu au courant des prochains articles en cliquant ICI !

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


1 × 5 =