L’incroyable secret du titre La vraie langue celtique et le cromleck de RLB

Un Livre et un Tableau ou le titre secret

Le titre secret de La vraie langue celtique et le cromleck de Rennes-les-Bains
Original de “La vraie langue celtique et le Cromleck de Rennes-les-Bains” par l’Abbé H. Boudet

En 1886 l’abbé Boudet, curé de Rennes-les-Bains, écrit un livre singulier, au titre étonnamment long « La vraie langue celtique et le cromleck de Rennes-les-Bains », son titre secret. Cet ouvrage suscite des interrogations multiples de par l’ineptie de ses affirmations : non seulement il n’y a pas de cromlech à Rennes-les-Bains, mais le texte – indigeste – affirme que la source de la langue celtique est l’anglais moderne, autrement dit que la cause du passé est le futur ! Dans notre monde, cette inversion de la flèche du temps est juste impossible…

En 1956, Pierre Plantard peint et affiche un tableau étonnant, bien que sans intérêt artistique. Copié sur l’arcane V – Le Pape du tarot de Oswald Wirth, on y voit ce prélat faire face à deux religieux, devant l’église de Rennes-les-Bains. Derrière lui, un beau dolmen se dévoile, tandis qu’un symbole est inscrit sur l’épaule droite, symbole ô combien important puisqu’il est dûment montré par l’index du pape : on reconnait la lettre grecque π qui a, comme il se doit, la forme caractéristique et stylisée d’un dolmen. Il y a là un mystère : qu’a voulu montrer Plantard ? Deux dolmens… ou deux π ?

La confrontation de ces deux œuvres permet de faire le lien entre Boudet et Plantard, entre le cromlech de « La vraie langue celtique… » et le dolmen du tableau. Ces mégalithes – l’un nommé, l’autre dessiné – sont communs aux deux œuvres, et les relient. Un sens est peut-être à découvrir ; il y a anguille sous… roche !

Le message du livre

Si les informations de l’ouvrage peuvent justifier de l’avoir nommé « La vraie langue celtique », que vient faire là cette suite improbable « … et le cromleck de Rennes-les-Bains » puisque celui-ci demeure introuvable, même aux plus grands archéologues ? Bien que certains aient subodoré son existence à travers quelques mégalithes disséminés dans la campagne, il est notoirement admis des chercheurs qu’aucune structure de ce genre n’existe dans la région de Rennes-les-Bains. Ceci est le point crucial du « secret Boudet » car l’inexistence d’un monument dûment nommé en couverture même d’un ouvrage, doit mettre la puce à l’oreille de tout lecteur. Pour cerner le mystère, il faut simplement entendre et comprendre le double sens du terme en question, en rapprochant le livre Boudet du tableau Plantard.

En effet, qu’est-ce qu’un cromlech ?… Un cercle de pierres. Mais oui bien sûr ! Cette constatation semble ne rien avoir d’exceptionnel, mais nous allons bientôt découvrir combien elle est géniale. Pour ce faire, suivons d’abord Pierre Plantard, personnage dont le regard trahit toute la finesse d’esprit. Il avait tout compris, et c’est son tableau du Pape qui va faire toute la lumière sur nos recherches.

Le secret du tableau

Le tableau qui explique le titre secret représente vraisemblablement l'arcane du tarot dite "le pape, page 37 de "Rennes-le-Château capitale secrète de l'histoire de France" de Jean-Pierre Deloux et Jacques Brétigny
“Le tableau représente vraisemblablement l’arcane du tarot dite “le pape””, page 37 de “Rennes-le-Château capitale secrète de l’histoire de France” de Jean-Pierre Deloux et Jacques Brétigny, Ed. Atlas, 1982

Deux dolmens y sont peints : l’un sur la colline est très reconnaissable, l’autre sur l’épaule du pape est stylisé pour devenir la lettre π. Il y a donc deux dolmens mais aussi 2 π ; la clef du mystère est dans ces deux représentations différentes.

Dolmen sur la colline au-dessus de Rennes-les-Bains dans le tableau de Pierre Plantard
Dolmen sur la colline

Dolmen stylisé ou lettre π sur l'épaule du pape de l'arcane du tarot dans le tableau de Pierre Plantard explique le titre secret de la VLC
Dolmen stylisé ou lettre π sur l’épaule du pape

Car en symbolisme, π évoque un cercle puisqu’il permet d’en calculer la circonférence. Quant au dolmen, il a l’avantage à la fois de ressembler à la lettre π et d’être… en pierre ! En conséquent, ces mégalithes – l’un dessiné, l’autre stylisé – font tous deux références à un dolmen, à de la pierre… ou plutôt à deux pierres ; ils parlent de 2 π R ! Un sens commence à apparaitre.

Vérifions : l’autre main du pape montre… un cercle ! On a beaucoup dit qu’il s’agissait d’une pomme bleue, référence éventuelle à un parchemin codé ou à un effet de lumière dans l’église de Rennes-le-Château. Mais ce cercle ne ressemble en rien à une pomme, et n’est même pas bleu ! Il est gris…comme la pierre ! En conséquence, les deux mains du pape montrent la même chose, de deux façons différentes : le petit cercle gris de droite est là pour confirmer que les deux dolmens / π doivent être lus « deux Pi R » en gardant à l’esprit qu’il s’agit d’un cercle.

Crosse papale avec un rond couleur de la pierre dans le tableau de Pierre Plantard
Cercle gris comme la pierre…

Non seulement un sens se fait jour, mais il devient subtil. La carte parle à la fois :

  • D’un mégalithe.
  • D’un cercle
  • D’une phrase codée 2 π R qui doit se lire « deux pierres » ou « de pierre »

Ce tableau pourrait être intitulé « Le cercle 2 π R » : c’est exactement ce qu’il montre.

Retour à la révélation du livre et de son titre secret

Du coup, le titre de l’ouvrage du subtil abbé Boudet – « La vraie langue celtique et le cromlech de Rennes-les-Bains » – commence à s’éclaircir. Car nous l’avons dit, qu’est-ce qu’un cromlech ? un cercle « de pierre » !…

Ce titre – secret – serait donc bien codé. Mais tout le texte de l’ouvrage l’est, les chercheurs sont d’accord là-dessus. Et l’intitulé ne le serait pas ? ! Simplement incohérent.

Suite à ce décodage, l’ouvrage se nomme maintenant « La vraie langue celtique et le cercle de pierre de Rennes-les-Bains ». Revenons au tableau : il présente un pape. Un pape !!! Le représentant de Saint-Pierre !… Le « cercle » de Pierre, c’est évidemment l’entourage du Pape !!!

Au 20e siècle, Plantard a composé un tableau discrètement subversif en mettant le doigt (c’est le geste du pape !) sur le « cercle 2 π R » ou entourage d’un pape aux yeux vides (couleur « pierre » bien sûr…), aveugle à l’attitude de ses deux prélats qui se transmettent secrètement une information. Car la soi-disant crosse d’évêque est assurément un point d’interrogation situé devant la bouche de celui qui confie à l’autre un secret. Ils sont donc bien un désaccord avec le Pape et sa curie. Soixante-dix ans auparavant, l’abbé Boudet avait suggéré la même chose par un jeu de mot magistral. Il a codé son titre, mais pour faire comprendre quoi ? Allons plus loin encore pour comprendre le sens de tout cela.

Si Boudet a codé la deuxième partie du titre de son livre, il a forcément codé la première ! En effet, tout ce qui concerne ce livre est inversé. Le texte de cet ouvrage, nous l’avons dit, est singulier car il renverse la loi naturelle, le futur générant le passé. De plus, post-mortem, l’abbé a tenu à confirmer qu’il faut TOUT lire à l’envers en apposant sur sa pierre tombale son petit livre minéral où IX0IΣ (Ichtus) lu autrement, devient 310XI. Si le contenu de l’ouvrage est d’un raisonnement inversé, en toute logique le titre l’est forcément aussi. Il s’agit donc d’inverser le sens de la première partie de la phrase.

  • La vraie langue = le faux langage = le mensonge
  • Celtique : les celtes étaient opposés aux Romains.

« La vraie langue celtique » devient « Le mensonge de Rome ».

Il ne reste plus qu’à se pencher sur la ville de Rennes-les-Bains, citée à l’intitulé et dessinée sur le tableau, qui relie aussi les deux œuvres. Elle peut être un clin d’œil à une autre Rennes, le Château celle-là. En effet, les bains contenant forcément de l’eau, ils ne peuvent qu’être en cuvette, en creux. A l’inverse, un château est en hauteur, Rennes-le-Château étant même édifiée sur une colline ! Enfin, tout cet ouvrage ne parlant que de codage, il semble logique de le suggérer dans son titre, d’autant que coder un secret n’est qu’une façon de le « chuchoter »…

Soit le décryptage complet :

  • La vraie langue celtique et le cromlech de Rennes-les-Bains =
  • La fausse langue romaine et (du) cercle de (St)-Pierre à Rennes-le-Château =
  • Le mensonge de Rome et de l’entourage du Pape, (codé) à Rennes-le-Château =
  • Le mensonge de l’Eglise de Rome et du Pape, (codé/révélé) à Rennes-le-Château.

Ce mensonge est dévoilé de façon subtile mais incroyablement évidente page 301 du livre de Boudet, au sous-chapitre « La ghasse au sanglier » (voir son étude dans « Rennes-le-Château : ils savaient… »).

Un message doublement codé, d’une étonnante subtilité

Un élément essentiel a été omis depuis toujours : celui de considérer que tout le livre de Boudet était codé, et que le titre ne l’était pas ! Depuis plus d’un siècle, Boudet, puis Plantard nous disent : Prenez conscience des mensonges du Vatican, cherchez la vérité : elle est secrètement dévoilée à Rennes-le-Château et ses alentours.

Le secret du tableau de Plantard réside dans l’association du dolmen et du π, cercle « 2 π R » qui nous amène à comprendre le titre ainsi que l’esprit de l’ouvrage Boudet. Pi fait le lien entre le dessin du dolmen et le cercle car il représente les deux : DOLMEN ↔ π ↔ CERCLE.

Boudet a imaginé un « sacré » jeu de mots (!) que Plantard a été le seul à comprendre, qu’il a peint pour l’expliciter autrement. Ce mariage entre l’esprit (le Verbe, l’écrit) et la matière (la peinture) ne pouvait que permettre un jour sa compréhension, car l’union des deux pôles – positif et négatif – fait jaillir une étincelle. Ces multiples codages en cascade cachaient irrémédiablement une insulte envers l’église catholique romaine, voire une franche opposition qui les aurait fait excommunier.

Ce décryptage est attesté par le tableau Plantard, où plusieurs éléments sont en miroir : on y remarque notamment les couleurs vestimentaires inversées des deux disciples, mais surtout deux sortes de « E » majuscules dessinés dans la tunique, qui sont montrés en miroir l’un de l’autre, comme pour dire « Endroit / Envers ».

Comme eux, ce tableau a deux sens différents, de même que notre titre secret « Vraie langue celtique » ! Il s’agissait de tourner et retourner la signification des trois symboles forts du tableau (dolmen, Pi et cercle) pour en saisir là aussi le véritable…sens. Depuis lors, de nombreux chercheurs se mobilisent pour trouver un hypothétique cromlech dans la région, et cela depuis un demi-siècle au moins ! Ce cromlech n’existe pas, contrairement au mensonge du Vatican et de toute l’église officielle en ce qui concerne notamment le couple Sacré ainsi que la descendance de Jésus et de sa compagne Marie-Madeleine !

Tableau : E majuscule envers comme dans le titre secret de Boudet
Epaule droite de la toge papale

Tableau : E majuscule endroit
Epaule gauche de la toge papale

Comme eux, ce tableau a deux sens différents, de même que notre « Vraie langue celtique » ! Il s’agissait de tourner et retourner la signification des trois symboles forts du tableau (dolmen, Pi et cercle) pour en saisir là aussi le véritable… sens. Depuis lors, de nombreux chercheurs se mobilisent pour trouver un hypothétique cromlech dans la région, et cela depuis un demi-siècle au moins ! Ce cromlech n’existe pas, contrairement au mensonge du Vatican et de toute l’église officielle en ce qui concerne notamment le couple Sacré ainsi que la descendance de Jésus et de sa compagne Marie-Madeleine !

7 novembre 2020, Annick Martin-Grassi, Auteure de « Rennes-le-Château : ils savaient… » ©

Contact : liber.lc@orange.fr

Achetez le livre d’Annick Martin-Grassi « Rennes-le-Château : ils savaient… » !


Soutenez la Gazette de RLC

Vous avez apprécié cette étude. Vous pouvez soutenir la Gazette de Rennes-le-Château en laissant un pourboire en cliquant sur ce lien https://fr.tipeee.com/gazetterenneslechateau !

Abonnez-vous à la liste de diffusion pour être tenu au courant des prochains articles en cliquant ICI !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire