Le Roi Dagobert – Livre à télécharger gratuitement !

Le Roi Dagobert – Histoire d’une famille et d’une chanson

Roger-René Dagobert, président fondateur du Cercle Général Dagobert, a offert gracieusement son livre “Le Roi Dagobert. Histoire d’une famille et d’une chanson” aux internautes. Nous remettons en ligne son livre dans la nouvelle version du site !

Dagobert Ier (603 - 639) - Le dernier des grands Mérovingiens
Dagobert Ier (603 – 639) – Le dernier des grands Mérovingiens

AVANT-PROPOS

               Qui n’a pas, plusieurs fois dans sa vie, fredonné les couplets de la chanson du roi Dagobert ?

               Qui n’a pas souri aux questions saugrenues du ministre Saint-Eloi et aux réponses encore plus étranges du souverain ?

               Sans doute, un tel jeu d’esprit, apparemment enfantin, a-t-il eu pour origine un fait historique, une anecdote, transmis par une tradition, mais se rattachaient-ils forcément à la personne de ce roi ?

               Rien n’est moins sûr puisque les Grandes Chroniques de Saint-Denis, par exemple, ce recueil des anciens faits relatifs à l’histoire des rois francs ne relatent nullement semblable anecdote à propos de Dagobert Premier, pas plus d’ailleurs que les chroniques de pseudo Frédégaire son contemporain supposé.

               C’est naturellement le premier couplet qui donne le ton, l’envers rimant facilement avec Dagobert. Mais pourquoi à propos d’une culotte, vêtement qui n’existait pas en ces temps mérovingiens ?

               Des historiens dont le duc de Castres, ont cru voir un rapport entre ces vers et la cause du décès du souverain qui, selon les mêmes chroniques, “mourut d’un flux de ventre”, sans doute une dysenterie.

               Il est pourtant difficile d’imaginer une telle situation burlesque, comique ou ridicule provoquée par une maladie des plus anciennes, des plus meurtrières pour l’homme de cette époque. Le malade est pâle, amaigri, ses traits sont tirés, ses yeux excavés, son visage exprime l’angoisse et la souffrance. Etendue, il se trouve le plus fréquemment courbé en deux, en “chien de fusil”, seule position lui permettant l’atténuation des horribles douleurs qu’il endure jusqu’à la mort survenant après plusieurs jours, voire plusieurs semaines d’agonie …

               Les mêmes chroniques nous rapportent par contre que le roi Dagobert eut, au cours de sa brève existence beaucoup de bonté pour ses serviteurs et ceux qui l’entouraient, qu’il fut aimé et respecté jusqu’à sa mort :

                   Pour sa mort, fut le palais soudainement rempli de plours et de cris et tout le royaume de doulour et de lamentations.

               La tradition populaire avait donc gardé longtemps et pieusement le souvenir de la bonté du roi et deux expressions proverbiales la consacrèrent :

                   Quand le roi Dagobert avoit dîné, il laissoit dîner ses chiens.

                   Le roi Dagobert en mourant disoit à ses chiens, il n’est si bonne compagnie qui ne se sépare.

               La mort de ce souverain inspira donc compassion et regrets à ses contemporains, qui les transmirent par la tradition plus que par l’historiographie officielle, principalement celle des moines de Saint-Denis. En aucun cas, ni cette tradition, ni l’historiographie ne font apparaître le roi Dagobert comme un bouffon mais bien au contraire comme un souverain débonnaire et avisé.

               Une autre anecdote, elle aussi parfaitement anachronique, retrouvée dans une “Illustration” du 23 mai 1936, apporte une preuve supplémentaire de cette présence du roi Dagobert dans la tradition populaire.

               La voici telle que l’a racontée Paul Emile Cadilhac dans ce numéro consacré à l’Alsace :

  • De la vigne à la table –

                   Nous descendions de Sainte-Odile par un après-midi attiédi et clair de septembre. Là-haut, toute la plaine à nos pieds, nous avions sympathiquement déjeuné dans la salle à manger de curé des bonnes Sœurs, en emplissant nos verres d’un joli riesling spirituel qu’avait suivi une rosée d’Alsace, liqueur de framboise puissante, douce, parfumée comme les buissons et les bois au temps des fraises.

                   Mais manger donne soif et boire plus encore. Aussi, guettions-nous de l’œil le plus proche cabaret, la plus accueillante auberge. Ce lieu d’élection se rencontra à Obernai sur une de ces jolies places à la fantasque architecture qui font de la ville une suite d’estampes romantiques. Et comme, tout en devisant avec l’hôte nous nous gargarisions d’un très délectable silvaner, une dispute entre un méchant couche-vêtu et une irascible servante vint nous donner la comédie. Malheureusement, elle se jouait en patois alsacien et seuls, les gestes, la mimique, les éclats de voix nous demeuraient intelligibles. Cependant, le gueux s’éloignait, lançant un dernier trait à la fille.

                   – Hé ! dit notre hôte en riant, il l’a matée en lui demandant si elle n’avait pas le pistolet sous son traversin !

                   – Le pistolet ? Nous en demeurions pantois, muets d’étonnement et de curiosité.

                   Je sais depuis que le pistolet est un souvenir du roi Dagobert à sa bonne ville d’Obernai, du temps qu’il résidait en Alsace ! Reçu par les échevins et trouvant le vin détestable :

                   – N’en n’avez point de meilleur ? leur demanda t’il.

                   – Oui-da ! de répondre leur chef, mais celui-là nous le buvons nous-mêmes!

                   Le prince, débonnaire, ne releva pas le propos. Mais en quittant la cité :

                   – Tenez dit-il au bourgmestre en lui tendant un pistolet, je vous remercie de votre accueil. Prenez ! Mais si vous rencontrez un homme plus mal embouché que vous je vous prie de le lui remettre !

               L’histoire est admirable, à ceci près toutefois qu’il n’y avait point de pistolets à cette époque lointaine, la poudre n’ayant été introduite en Europe qu’au quatorzième siècle. Toutefois, voilà qui prouve de façon péremptoire qu’il y avait des vignes en Alsace au temps du roi Dagobert.

               D’ailleurs, les fils de Mérovée avaient fait de l’Alsace un jardin franc, paré de pampres et aussi riche en celliers qu’en églises : la vigne pousse volontiers à l’ombre des abbayes et de 650 à 900, on relève dans les cartulaires pas moins de 119 noms de villages de vignerons …

               De nos jours, cette petite histoire de même que la publicité d’une cave vinicole de Traenheim et environs sur “les vins du Roi Dagobert” prouvent bien que le souvenir des Mérovingiens reste vivace en Alsace, l’une des plus belles provinces du royaume de Dagobert qui régna seul sur l’ensemble du “Regnum francorum”.

               Pourtant, onze siècles après la mort du roi Dagobert cette chanson singulière a volontairement donné une valeur dépréciative au qualificatif de “bon”, un peu à la manière de la fable lorsque le renard appelle le corbeau “mon bon monsieur” après l’avoir dépouillé de son fromage par des flatteries outrancières.

               Ainsi, par le truchement de cette chanson, ce roi Dagobert apparaît comme un affligeant benêt dans la mémoire collective des Français, lesquels le fait est incontestable hélas, n’ont pour la plupart qu’une vague connaissance de l’histoire de notre pays ce qui leur permet de croire à n’importe quelle baliverne aussi anachronique soit elle : la culotte et le pistolet du roi Dagobert nous en apportent la preuve …

               Il n’est donc pas étonnant, dans ces conditions, que même un homme politique compare l’un de ses adversaires au “roi Dagobert” lorsqu’il estime que celui-ci a changé d’avis. Tel Jean-Marie Le Pen qui compara Raymond Barre au roi Dagobert après que l’ancien Premier Ministre eut approuvé les grandes orientations de François Mitterrand après sa réélection à la Présidence de la République en 1988.

               Donc dans ce cas précis, Raymond Barre qui “s’efforce de porter sa culotte à l’envers”, cela revient dans l’esprit de Jean-Marie Le Pen, à tourner sa veste, changer d’avis sans avoir la certitude d’en être remercié ni même compris !

               De cette affaire dont les médias s’étaient emparés avec le vilain jeu de mots de Jean-Marie Le Pen sur “Durafour crématoire” on peut affirmer que cette chanson du Roi Dagobert, réputée enfantine, ne mérite pas cette gentille appellation.

               Comme l’écrivait un historien normand, Auguste Matinée, dans un bulletin de la Société Archéologique de la Manche en 1890, c’est bien “une chanson méchante qui n’est aussi qu’une méchante chanson”.

               D’ailleurs, c’est bien aussi ce que le Grand Larousse Encyclopédique nous apprend à son sujet :

                   Chanson burlesque, composée à une époque qui reste imprécise : le style, le rythme, l’air de chasse sur lequel elle se chante, tout tendrait à prouver qu’elle n’est pas aussi ancienne qu’on pourrait le croire. Il est certain, cependant, qu’elle est antérieure à la Révolution de 1789.

                   En 1814, elle devient tout à coup à la mode. On y intercala des couplets satiriques d’actualité. Interdite par la police, elle reprit de plus belle au retour des Bourbons.

               Pourtant, si de nombreux ouvrages ont été écrits sur le roi Dagobert, sur les Mérovingiens et plus généralement sur les Francs, curieusement cette chanson est restée une énigme sans importance pour les historiens et, à partir de Louis-Philippe, vers 1840, elle est devenue une ronde enfantine sans queue ni tête, sans rime ni raison …

               Même Laurent Theis, pourtant brillant historien, reconnaît son ignorance en la matière dans un livre paru aux Editions Fayard en 1982 :

               – Pour Dagobert, écrit-il, on invoquera la chanson. Sans doute est-elle bien le truchement par lequel Dagobert nous est aujourd’hui présent, mais pourquoi lui et pas son père Clotaire, ou son fils Sigebert ? Car rien ou presque, dans cette chanson composée au XVIIIe siècle ne réfère à l’histoire. (ce qui est inexact). Et pourquoi chante-t-on encore Dagobert et ne chanterait-on plus Mazarin qui inspira jadis en bien plus grand nombre couplets et refrains ? Qui se souvient de la moindre mazarinade ? (si l’on ne se souvient plus de Mazarin, Mazarine, la fille de François Mitterrand est là pour nous rappeler les mazarinades de son père !!). Mazarin appartient à tout jamais au XVIIe siècle comme Henri IV, lui aussi chansonné et confiné dans son temps. Dagobert est intemporel. Il est là..

               Et s’il est toujours là, le “bon roi” de la chanson, c’est tout simplement parce qu’une famille française, et une seule, a voulu perpétuer son souvenir, plus précisément le souvenir de la dynastie des Mérovingiens en prenant comme patronyme le nom de baptême, nom symbole du plus connu des rois de la première race, le plus célèbre aussi : DAGOBERT PREMIER.

               Mais si cette famille a volontairement voulu conserver le souvenir du roi Dagobert dans l’espoir hypothétique du retour des Mérovingiens, elle a, à plusieurs reprises au cours des siècles qui suivirent l’avènement des Carolingiens, provoqué des phénomènes de rejet de la part des tenants du pouvoir qu’il soit royal ou religieux et même militaire ou civil.

               Ce rejet s’est manifesté plus particulièrement au cours des Guerres de Religions, au XVIe siècle, à la suite d’un curieux concours de circonstances. Le nom de cette famille, de petite noblesse, fut considéré comme subversif, suspect, voire inquiétant aussi bien par le Valois que par les Guises et les Bourbons. Il importait donc de neutraliser les ambitions supposées de ces hobereaux normands, les réduire à néant comme avait été fait néant leur ancêtre Childéric III dont ils prétendaient descendre par Thierry, son fils, enfermé au monastère de Fontenelle.

               C’est bien le premier couplet de la chanson du roi Dagobert, créé pour la circonstance qui servit d’instrument principal de répression, sans effusion de sang, ni même arrestation : le ridicule tuait plus sûrement que l’arquebuse ou la hache du bourreau !

               Dès lors, en venant à bout aussi facilement des ambitions politiques d’un gentilhomme campagnard, la chanson du roi Dagobert a pris le pas sur la vérité historique et même sur la légende des rois fainéants et, parce que c’était un nom symbole, Dagobert, “le seul souverain dont on puisse prononcer le nom avec honneur” selon le duc de Castries, est resté à tout jamais dans la mémoire collective avec une réputation de roi bouffon.

               Après la mort de Dagobert, ajoute le duc de Castries, les Mérovingiens retournèrent au chaos.

               Nous verrons que le chaos est venu bien après la mort de Dagobert et que les véritables responsables de cette anarchie, de cet obscurantisme qui fit du Moyen-Age une époque difficile à vivre, les véritables responsables furent les Carolingiens et l’Eglise catholique romaine.

               Quant à prononcer le nom de Dagobert avec honneur, les chroniqueurs carolingiens et leurs successeurs ne s’y sont guère employés.

               Voici ce qu’écrivait au XVIIe siècle, dans l’Histoire de Bretagne, Dom Gui Alexandre Loberneau à propos du roi Dagobert :

                   La (mauvaise) réputation du roi Dagobert était telle que son contemporain Judicaël, roi de Bretagne, refusa une invitation à dîner de Dagobert, bien qu’il fit préparer un magnifique repas, fort content de la satisfaction que Judicaël lui avait faite, aussi bien par les présents qu’il avoit reçu. Le prince breton savoit, et la conduite déréglée de Dagobert et ce que Saint-Paul a dit : Si quelqu’un est reconnu fornicateur, on ne doit même pas manger avec lui.

               Un autre chroniqueur avait écrit aussi, bien après la mort du malheureux prince, qui décidément n’en finissait pas de hanter les esprits :

               Adonné outre mesure à la débauche, il avoit comme Salomon (référence au célèbre roi d’Israël) trois reines et une multitude de concubines. Ses reines étaient Nanthilde, Vulfégonde et Berchilde. Je m’ennuierais, poursuit le moine-copiste, d’insérer dans ce récit les noms de ses concubines tant elles étaient en grand nombre. Son cœur devint corrompu et sa pensée s’éloigna de Dieu ; cependant par la suite, et plut à Dieu qu’il eût pu mériter par là les récompenses éternelles, il distribua des aumônes aux pauvres avec une grande largesse, et, s’il n’eût pas détruit le mérite de ses œuvres par son excessive cupidité, il aurait mérité le royaume des cieux.

               Tartuffe ne se serait pas mieux exprimé et cette tirade rappelle une réplique de Pierre Brasseur à Jean Gabin dans le film “Les Grandes Familles”, les deux acteurs étant des cousins rivaux en affaires : “lorsque tu reçois des amis à dîner, disait le premier, tu appelles cela une soirée ; lorsque je lance une semblable invitation, tu dis que c’est une partouze !”

               Il en est de même pour la grande famille des Mérovingiens au regard de l’Histoire par rapport aux grandes familles qui se succédèrent sur le trône de France.

               On parlera de la barbarie, du chaos, de la débauche des rois de la première race, mais de la renaissance carolingienne et des rois qui ont fait la France pour les Capétiens qu’ils soient directs, Valois ou Bourbons. Et pourtant ! Que de crimes peuvent leur être attribués pour le plus grand malheur du peuple français ! Et puis, c’est oublier que ceux qui ont vraiment fait la France en lui donnant le nom de leur peuple, les Francs, ce sont bel et bien les Mérovingiens dont aucun n’a démérité devant le Tribunal de l’Histoire.

               D’ailleurs, Eginhard lui-même, biographe officiel de Charlemagne avait eu conscience de l’illégitimité du descendant de Pépin le Bref qui avait usurpé le trône puisqu’il se crut obligé de justifier ce coup d’état dans un texte demeuré célèbre :

               La race mérovingienne, depuis longtemps, n’avait plus ni vigueur, ni autorité, rien d’autre que le vain titre de roi. Les ressources du royaume et tout le pouvoir étaient entre les mains des préfets du palais. Il ne restait au roi que le vain simulacre du pouvoir. Pourvu d’une chevelure abondante, la barbe longue, il prenait place sur le trône et figurait le souverain. Il écoutait les ambassadeurs venus de toutes parts, leur faisait les réponses qu’on lui avaient dictées. Outre l’inutile dénomination de roi et l’argent que le préfet du palais lui remettait selon son bon plaisir ; il ne possédait en propre qu’une seule villa, et encore d’un faible revenu : il y vivait avec ses domestiques peu nombreux qui lui rendaient les services nécessaires. Quand il lui fallait se déplacer, il montait dans un char tiré par des bœufs et conduit par un bouvier, à la manière paysanne.

                   Ainsi se rendait-il au palais et à l’assemblée du pays qui était convoquée chaque année pour les affaires du royaume ; ainsi regagnait-il sa demeure. Mais toute l’administration du royaume, toutes les affaires, tant intérieures qu’extérieures étaient gérées par le préfet du palais.

               C’est à la suite de ce récit qu’a pris naissance la légende des “rois fainéants”, rois inutiles qu’il fallait donc faire disparaître alors que ce système de monarchie n’était autre qu’une royauté constitutionnelle telle qu’elle subsiste de nos jours dans de nombreux pays tout à fait démocratiques comme la Grande-Bretagne, la Belgique, les Pays-Bas, l’Espagne et bien d’autres.

               Alors, rois fainéants ou rois faits néant ?

               La question est posée et rappelle cette vieille légende du roi perdu chassé par les usurpateurs, cru mort, anéanti, mais qui revient et que l’on reconnaît à certains signes.

               Ce mythe est vieux comme le monde et plonge ses racines dans la psychologie des premières sociétés humaines. Par exemple et pour n’en citer qu’une, puisque le roi Dagobert fut comparé à Salomon, auquel selon une légende hébraïque, le démon Asmodée avait dérobé l’anneau magique et prit son apparence pour le remplacer sur le trône.

               Salomon qui régnait jusqu’alors sur les mondes “d’en haut” et “d’en bas” vit son royaume se réduire comme une peau de chagrin : il ne régna plus que sur la terre, puis sur Israël, puis il n’eut que son lit et son sceptre pour ne conserver finalement que ce dernier. Alors, il fut réduit à mendier de maison en maison proclamant vainement qu’il était le roi.

               Mais Asmodée perdit l’anneau magique qui tomba dans la mer et fut avalé par un poisson. Le poisson fut pêché, Salomon l’acheta pour se nourrir. Alors, il retrouva l’anneau et se fit enfin reconnaître  : ainsi le roi perdu devint le roi revenant.

               Ce que l’on peut retenir de cette légende, c’est que ce n’est pas le peuple qui fait le roi malgré les apparences mais autre chose et c’est grâce à certains signes que celui-ci est reconnu et acclamé par le peuple. Alors, en tant que mortel devenu personne publique le roi peut être réduit à rien, être fait néant, par la ruse ou par la force. Pourtant, il n’en reste pas moins le roi car il est d’une lignée prédestinée par l’Etre Suprême, le Grand Architecte de l’Univers, c’est-à-dire Dieu lui-même  : par exemple, François Mitterrand machiavélique président de la Ve République initié aux « mystères de Rennes-le-Château »  par ses amis francs-maçons pendant sa captivité en Thuringe.

               En ce sens, la vieille légende de la quête du Graal, ce vase qui contient le Saint-Sang n’est pas autre chose que la recherche initiatique du roi perdu.

               Or, la dynastie mérovingienne par ses origines mystérieuses, les légendes qui entourent les premiers rois francs tels Pharamond, Clodion le Chevelu, Mérovée, Childéric Ier et même Clovis, cette dynastie apparaît comme une résurgence de ce vieux mythe du roi perdu, roi revenant qui annonce le retour de l’Age d’Or, celui de la Connaissance.

               De même, l’étrange disparition de cette dynastie, accompagnée par des rites aussi anciens que le meurtre rituel ou la tonsure, plongea le peuple dans l’anxiété ancestrale de toutes les sociétés humaines qui craignent le retour de la guerre, de l’anarchie, du chaos, présages de l’Apocalypse qui se traduisit par la terreur de l’An Mil.

               On comprend mieux alors pourquoi les Carolingiens voulurent dès le début de leur règne légitimer l’usurpation du pouvoir par une consécration divine, sorte de cérémonie initiatique imaginée pour la circonstance par l’Evêque de Rome qui ambitionnait de devenir le chef spirituel de l’Occident et comptait pour cela sur la puissance séculière de la Francie avec l’appui de la nouvelle dynastie.

               Aussi, pour les deux parties, le nouveau roi et le pape, il s’agissait par la vertu du sacre au moyen de la Sainte Ampoule de conjurer le retour du roi perdu devenu par un jeu de mots très subtil le roi fainéant dépourvu de son caractère sacré parce qu’inutile.

               Cependant, malgré ces précautions, ces cérémonies rituelles de la tonsure, de la relégation puis du sacre, le peuple n’avait pas oublié plus de trois siècles de civilisation chrétienne prodiguée par les évêques et les moines initiés aux mystères du Graal par les rois mérovingiens, ce Graal qui était le continuateur de la religion pré-chrétienne par le chaudron du Dagda et la Coupe de Souveraineté de même qu’il représentait substantivement le Christ mort pour les hommes, le vase de la Sainte Cène et le Calice contenant le Sang du Sauveur.

               Le Graal symbolisa donc par excellence la plénitude intérieure que les hommes ont toujours cherchée. Mais, cette quête exige des conditions de vie rarement réunies : les activités extérieures empêchant la contemplation nécessaire et détournant la vision car on est plus attentif aux conditions matérielles de la recherche qu’à ses conditions spirituelles.

               La perfection humaine et à plus forte raison la perfection d’une société se conquiert non pas à “coups de lance” comme un trésor matériel, ce qu’avaient fait les Carolingiens en s’emparant du pouvoir par la force et la ruse mais par une transformation radicale de l’esprit et du cœur.

               Ce ne pouvait donc être qu’au sein d’une communauté spirituelle que le dernier Mérovingien allait avoir la possibilité de garder et de transmettre la Connaissance dont il se trouvait désormais seul dépositaire après l’usurpation de Pépin le Bref.

               Dans les derniers mois de l’année 751, avant que ses yeux ne fussent clos à la lumière, vint à Fontenelle pour y recevoir l’habit un jeune homme devant qui les religieux s’inclinaient très bas : c’était Thierry, l’héritier de Childéric III, le dernier Mérovingien qui ait porté le diadème et que Pépin le Bref, vainqueur envoyait finir ses jours dans le cloître. De toutes les amertumes qu’avaient goûtées Wandon depuis la fatale journée de Vincy, celle-ci, quoique prévue depuis longtemps, fut peut être la plus douloureuse, le vieillard reçut l’adolescent et lui fit entendre les paroles de paix, d’oubli et de soumission à la volonté de Dieu qui règle à son gré les destinées des hommes …

                   Austrulf, qui dirigeait depuis longtemps le temporel prit alors, sur la demande des religieux, le gouvernement général du monastère. Favori de Pépin, il débuta brillamment en obtenant de lui un diplôme qui accordait à Fontenelle les droits régaliens sur ses tenanciers. Il semble avoir travaillé à augmenter les possessions de la maison en Cotentin, où Lestre, Brix, Saint-Sauveur de Pierrepont, Belleville, Perriers, Vesly ont conservé la mémoire de Saint-Wandrille (Vie des abbés de Fontenelle, Saint Wandon et Austrulf par Dom Jean Laporte dans la revue n° 9 de l’Abbaye, Noël 1959).

               De tous les rois mérovingiens qui s’étaient succédés sur le trône du “Regnum Francorum” depuis Pharamond, trois souverains et plusieurs princes avaient porté un nom chargé plus que d’autres d’ésotérisme : “Dagobert” : nom germanique ancien signifiant “Jour-Brillant” ou “Bonheur du Jour”, métaphores chères aux peuples nordiques que l’on retrouve sous diverses formes avec le même radical “Dag” ou “Jour” dans la mythologie scandinave et germanique.

               Or, ces langues anciennes, scandinaves et germaniques proviennent du sanskrit, idiome ancien et sacré dont les linguistes s’accordent généralement à penser qu’à une époque intermédiaire (Vème millénaire avant notre ère ?) elle était celle d’un groupe de peuples nomades vivant de l’élevage  et d’une agriculture frustre, occupant la plaine herbeuse qui s’étend de la Baltique à la Caspienne.

               Ces peuples appelés les Aryens parlaient divers dialectes se rapportant une même source que les savants français et anglais du XIXe siècle appelèrent langue “indo-européenne”, les Allemands préférant le terme “indo-germanique” ou même “aryen”, d’où le nordique et le germanique ancien tireront leur origine.

               Dans la mythologie scandinave, par exemple, le jour est personnifié par le dieu Dag, fils de Delling et de Nott : son char est traîné par un cheval à la brillante crinière.

               La mythologie des anciens slaves de l’Est nous parle du dieu du jour et du soleil, Dagbog ; dans la mythologie irlandaise Dagda est le maître du temps chronologique et atmosphérique, le dieu-druide, gardien du chaudron d’abondance que personne ne quitte sans être rassasié. L’autre chaudron est le chaudron de résurrection dans lequel on jette les morts afin qu’ils ressuscitent le lendemain. Enfin, le troisième chaudron est sacrificiel : le roi déchu s’y noie dans le vin ou la bière en même temps qu’on incendie son palais lors de la fête de Samain de son règne. On a donc affaire à trois variantes du même talisman divin, ancêtre et prototype du Saint-Graal. Le chaudron d’abondance de Dagda, le dieu efficace “Seigneur de la Science”, contient non seulement la nourriture matérielle de tous les hommes de la Terre, mais les connaissances de tous ordres.

               La plupart de ces chaudrons mythiques et magiques des traditions celtiques dont le rôle est analogue dans les mythologies indo-européennes ont été retrouvés au fond des océans et des lacs. Les chaudrons, les marmites, les calices sont les récipients de cette force magique symbolisée par une liqueur divine qui confère l’immortalité ou la jeunesse éternelle et transforme celui qui la possède ou s’y plonge en héros ou en dieu : c’est la fameuse potion magique d’Astérix, le chef gaulois de notre moderne bande dessinée.

               Il n’est donc pas surprenant que Dagobert soit devenu le nom donné le plus fréquemment aux rois mérovingiens et il est aussi à noter que les trois souverains qui ont porté ce nom ont laissé plus de souvenirs dans l’Histoire que les autres y compris Clovis dont la vie privée est fort peu connue par les textes, hormis certains traits de caractère révélés par la relation des anecdotes aussi célèbres que celles du vase de Soissons ou de son baptême à Reims.

               A ce titre, la colère de Clovis provoquée par le bris du fameux vase, montre bien le côté sacré d’un récipient, talisman de la religion pré-chrétienne dont hérita le Graal dans les romans de chevalerie.

               Albert Dauzat, auteur du dictionnaire étymologique des noms et prénoms de France précise que Dagobert est un patronyme rare qui fut donné “en souvenir du roi mérovingien”.

               Or, l’histoire des relations sociales et des croyances religieuses qui façonnent toute civilisation, toute culture (et la chanson du roi Dagobert en fait partie), cette histoire reste par excellence généalogique. Pourtant, l’étude de la genèse et de la mobilité des familles a constitué jusqu’à une époque récente le sujet le moins exploré de l’histoire médiévale.

               En fait, les chroniqueurs puis les historiens attachés aux événements plus qu’aux hommes ont bel et bien manqué la découverte de l’individu dans le silence des archives qu’ils n’ont pas su ou pas voulu interroger pas plus qu’ils n’ont su interpréter cette littérature chevaleresque qui était d’une certaine manière la continuité des mythologies et de la Bible.

               Or, cette société du Haut Moyen Age, celle des Mérovingiens que l’on a injustement qualifié d’obscure et de barbare était profondément humaniste et avait prolongé l’Antiquité y compris l’ère post-historique des civilisations Indo-Européennes beaucoup plus qu’on ne l’imagine car de nombreux indices révèlent l’existence d’une classe d’initiés, de monétaires privilégiés, de lignées donnant des druides puis des évêques et des administrateurs prédestinés à la carrière.

               Tout cela laisse deviner une solidarité généalogique jouant un rôle essentiel dans la répartition des tâches donc du pouvoir et ces deux notions se recouvrent ; celle de l’exercice de ce pouvoir pour le bien commun avec le réseau dynastique, c’est-à-dire familial.

               Donc, par un prénom, l’individu s’identifiera davantage que par le distinctif qu’il y rajoutera, ce dernier pouvant d’ailleurs changer au gré des honneurs ou des tenures alors que le prénom reste typique à la dynastie, au clan, à la famille enfin.

               C’est toute l’histoire de la famille Dagobert, depuis la disparition des Mérovingiens au cours des siècles qui suivirent : celui des Croisades, de la Renaissance et de l’Humanisme avec la Réforme, celui du Roi-Soleil, puis les Lumières au XVIIIe, suivie de la Révolution française qui a laissé au monde entier cette notion des Droits de l’Homme avec la Liberté : des droits mais aussi des devoirs …

               Jamais, sans doute, l’histoire d’une obscure famille française n’aurait pu être retrouvée si la chanson du roi Dagobert n’avait connu depuis la Révolution et tout au long des deux siècles qui ont suivis un tel succès populaire.

               Elle a inspiré des livres, des pièces de théâtre, des films, des personnages et des disques avec de nouvelles versions, par exemple celle de Charles Trenet !

               Mais, jamais non plus, elle n’aurait pu être écrite sans l’obligeance de la descendance directe du général Dagobert mort en 1794 en combattant pour défendre la jeune République française contre les Bourbons d’Espagne et les Emigrés.

               Que celle-ci soit donc remerciée pour avoir consigné par écrit les “Notes et histoire de la Famille Dagobert” et de me les avoir communiquées. Elles m’ont été précieuses pour faire les recherches qui m’ont permis d’écrire l’étonnante histoire qui va suivre, celle de mes ancêtres mérovingiens, mythologiques et … bibliques !

Nantes 26 avril 1986 – 14 novembre 1988

Roger-René Dagobert descendant du roi Dagobert I
Roger-René Dagobert – Johan Netchacovitch ©Roger-René Dagobert – Johan Netchacovitch ©

Première partie du livre Le Roi Dagobert :

Le Roi “Sans – Culotte”

…”La République triomphera, la patrie te décernera des couronnes et ta mémoire sera éternelle dans le souvenir des vrais républicains”.

(Membres du Club de Saint Hyppolite du Gard au Général Dagobert).

Chapitre premier : ASMODEE CHANTE LA CHANSON DU ROI DAGOBERT

               Donc, je m’appelle Dagobert. Comme le roi ? me demande-t-on souvent lorsque je décline mon identité.

               Très souvent, surtout depuis quelques années où histoire et orthographe ne font plus bon ménage, étant aussi mal enseignées l’une que l’autre, mon interlocuteur me demande : avec un t ? – Bien sûr, voyons vous ne connaissez donc pas l’histoire de France ! Telle est ma réponse, invariable, à moins que malicieusement je réplique : Non, comme le général … ce qui laisse mon interlocuteur pantois car il se demande bien si je me moque de lui, n’ayant jamais entendu parler d’un général Dagobert !

               Car tous mes compatriotes associent dans leur mémoire collective ce nom avec cette fameuse chanson enfantine que nous connaissons tous depuis la tendre enfance.

               Aussi, que ne l’ai-je entendu fredonner ce petit refrain moqueur qui m’a parfois je le reconnais agacé surtout lorsqu’écolier, à la leçon d’histoire, le maître nous parlait des rois faits néant (et non pas fainéants, c’est-à-dire paresseux), ceux qui avaient succédé au roi Dagobert qui mettait sa culotte à l’envers …

               Il était donc bien normal que je m’interroge sur l’origine de cette chanson et surtout de ce nom qui me valait tant de succès personnel.

               Et ceci d’autant plus que j’avais le sentiment tout à fait étrange de ne pas avoir les mêmes ancêtres que mes camarades de classe. Pour eux, c’étaient les Gaulois, gens indisciplinés et rouspéteurs en diable qui n’arrêtaient pas de se chamailler en craignant de voir le ciel leur tomber sur la tête ! Pour moi, c’étaient les Francs, vaillants guerriers qui avaient mis, eux, les Romains à la porte et qui hissaient leur roi sur un bouclier lorsqu’ils étaient contents de lui. Etre “franc”, c’était aussi une grande qualité que mon père m’avait enseignée et je ne la discernais pas chez ces Gaulois que je jugeais un peu ridicules lorsqu’ils étaient coiffés du casque à ailes des paquets de cigarettes de mon père (c’était un grand fumeur de “Gauloises”, hélas !).

               C’est pourquoi in petto, j’en voulais à ce roi Dagobert qui, par une distraction absolument impardonnable à mes yeux, avait terni l’image de marque des rois francs et, par conséquent, de ceux qui avaient eu la mauvaise idée de prendre son nom.

               Mon père, je l’admirais beaucoup et il me paraissait répondre plus qu’un autre homme à ces critères de franchise et de courage que j’attribuais à “mes ancêtres”. D’ailleurs, il était grand, athlétique même, le visage régulier et bien fait de sa personne. Il en était de même pour mes oncles, ses quatre frères tout comme pour mon grand-père Jean-Marie et surtout mon arrière grand-père Pierre-François qui était maître tailleur à Pornic. L’une de ses pratiques, sans doute son plus prestigieux client, ne fût autre qu’un peintre académique, Evariste Luminais reconnu comme spécialiste des temps mérovingiens à la manière d’Augustin Thierry en littérature.

               Mon père, quant à lui, occupait une fonction de direction avec beaucoup d’autorité et de compétence tout en étant très aimé de ses employés et collaborateurs aussi bien que de ses supérieurs hiérarchiques. En un mot comme en cent, j’étais très fier de lui et de notre famille et je ne manquais pas de l’interroger sur les origines des Dagobert.

               Ces événements se passaient dans les années trente et quelques, après la crise de 1929 qui fut aussi la date de ma naissance, ce lundi 7 octobre, quinze jours avant le fameux crash de Wall – Street.

               Donc, mon père m’apprit qu’il était le neuvième enfant d’un modeste artisan serrurier nantais prénommé Jean-Marie qui était mort bien jeune, à 56 ans quand lui-même n’avait que onze ans.

               Il avait eu la chance de n’être mobilisé qu’à la fin de la guerre peu avant l’Armistice de 1918 alors que ses deux aînés avaient “faits Verdun” où ils furent blessés : Jules et Raymond qui vouaient une admiration sans borne à leur chef, le général Pétain.

               Son grand-père Pierre-François, le maître tailleur de Pornic qu’il n’avait pas connu, était mort en 1893 six ans avant la naissance de mon père le 27 décembre 1899, quatre jours avant la fin du siècle. C’est une date mémorable car c’est le jour de la Saint-Jean d’Hiver et c’est la raison pour laquelle il fut baptisé René (re né) …

               Le père de Pierre-François était François-Gilles Dagobert, né à Vitré en 1753 d’un père boulanger prénommé Pierre. D’abord “couvreur en ardoise”, il avait abandonné le métier pour venir à Nantes après avoir été en poste à Laval, dans les Fermes Royales qui deviendront les Douanes à la Révolution. C’était donc un “gabelou”. En 1793, il fut incorporé dans la garde nationale et fit le coup de feu contre les Vendéens lors du siège de la ville par l’Armée Catholique et Royale du général Charette. Il se maria après la Révolution avec une jeune fille de Joué-sur-Erdre, étant devenu veuf sans enfant à 54 ans. Pierre-François était son plus jeune fils, le benjamin comme on disait alors dans les familles nombreuses. Pierre-François, mon arrière grand-père vit le jour à Nort-sur-Erdre en 1817 et se maria à Pornic .

               La généalogie de la famille Dagobert se réduisait donc à cela : au XVIIIe siècle, sous l’Ancien Régime, c’est à Vitré, en Haute-Bretagne que vivaient mes ancêtres depuis la Saint Barthélémy de triste mémoire.

               Certes, mon père avait bien entendu parler d’un certain général Dagobert de Fontenille, né en Normandie, mais était-ce de la même famille ? Selon toute vraisemblance, oui, bien que le nom à particule le laissait perplexe même si le fait d’être un SANS-CULOTTE lui apparaissait comme une preuve de l’ouverture d’esprit de cet aristocrate franc-maçon.

               Mais de là à rechercher par qui et pourquoi avait été composée la fameuse chanson, il n’en n’avait pas éprouvé le besoin faute de loisirs sans doute mais aussi de moyens d’investigations tels qu’on les a à notre disposition maintenant.

               Il n’en savait donc pas plus que le Larousse qu’il me fit consulter. Mais, à force de le harceler, il m’avait précisé que cette chanson satirique avait dû être composée pour se moquer de Louis XVIII après la Restauration ce roi podagre qui avait dû s’empêtrer en enfilant sa culotte impotent et malhabile comme il était lorsqu’il souffrait de crise de goutte, ajouta-t-il.

               – Qu’est-ce donc que la goutte, lui avais-je aussitôt demandé ; en as-tu, toi aussi ?

               Mon père s’était mis à rire.

               – Non bien sûr, car c’est une affection héréditaire dans les grandes familles. Elle atteint le plus souvent les gros mangeurs, ceux qui font bonne chère avec force gibiers faisandés accompagnés de vins capiteux et de fins alcools. Seuls, les gens très riches, peuvent s’offrir un tel luxe et c’était évidemment le cas du gros Louis XVIII comme tu peux l’imaginer !

               J’avais alors pensé que mon père n’était pas monarchiste, ce qui n’était pas surprenant avec un arrière grand-père révolutionnaire et un cousin général de la Convention au temps de la Terreur, l’An II de la République. Il était normal dans ces conditions qu’il soit républicain comme on disait à l’époque car on ne parlait pas de libéraux de centristes ou de sociaux-démocrates, comme aujourd’hui.

               En fait, dans ces années d’avant la guerre, être républicain c’était plutôt être radical ou radical-socialiste comme Edouard Herriot par exemple, député-maire de Lyon.

               C’était peut être aussi être franc-maçon mais cela restait mystérieux, secret même, car les Frères Trois Points, comme on disait alors, passaient pour des suppôts du diable, des ennemis de la religion, des combinards aux yeux des camelots du roi, des croix de feu et des catholiques pratiquants qui fustigeaient la République, la gueuse qu’ils clouaient au pilori dans leurs journaux revanchards.

               Quant aux communistes et dans une moindre mesure les socialistes, c’étaient les rouges, les bolcheviks dont on voyait le portrait inquiétant avec un couteau entre les dents, roulant des yeux féroces … Infréquentables !

               Donc, et comme tout ce que disait mon père était parole d’évangile pas plus que de ce roi dont je portais le nom, je n’eus désormais en odeur de sainteté tous ces rois de France qui s’empiffraient au point de se rendre malades et de mettre leur culotte à l’envers alors que les pauvres gens mouraient de faim. A part, bien sûr, le bon roi Henri IV, sa poule au pot et son fidèle ministre Sully qui parlait si bien d’agriculture.

               C’est ainsi que je devins moi-même fervent républicain, descendant de mes ancêtres de l’An II dont avait fait partie mon arrière arrière grand-père, François-Gilles, le garde national qui avait, paraît-il, assisté à l’exécution de Charette sur la place Viarme à Nantes.

               Du coup et avec regrets, je trouvais les Francs moins sympathiques malgré leurs qualités d’autant plus que si j’en croyais les leçons d’histoire, c’étaient bien eux qui avaient introduit le système féodal avec les Mérovingiens et l’Eglise Catholique en faisant de la France la fille aînée de cette Eglise par le baptême de Clovis, le fier Sicambre, à Reims.

               Cela correspondait d’ailleurs à ce qu’avait dit un Conventionnel à son fils et confirmait la pensée de mon père :

               Tu commences mon enfant à étudier l’Histoire de France. Aucun français ne peut l’ignorer sans honte, mais il faut la savoir autrement qu’elle ne se trouve dans les livres d’histoire, car, ajoutait-il, aucun historien ne t’indiquera suffisamment les véritables origines de tant d’institutions barbares qui ont opprimé la Nation durant 1200 ans …

                   Saches que, lorsqu’ils ont composé leurs livres, ils n’avaient rien à espérer, ni à craindre du peuple qui était asservi, et qu’ils avaient tout à attendre et à redouter des rois, des nobles et des prêtres.

                   Aujourd’hui, la Révolution a fait justice de toutes les usurpations et de toutes les tyrannies, un jour nouveau luit sur notre histoire …

               J’avais fait le calcul : 1793, An II de la République moins 1200 ans : 593. A cette date, c’était le règne du roi Clotaire II, père du roi Dagobert de la chanson. Un roi qui avait régné 16 ans sur tout le royaume des Francs, le “Regnum Francorum”. Un roi qui avait, pour la première fois dans l’histoire, accordé une constitution par l’Edit de 614 et qui avait institué la fonction de Maire du palais, autrement dit de Premier Ministre.

               Une constitution ? Un premier ministre ? Mais alors, ce n’était donc pas un tyran ?

               Pourtant, si l’on en croit historiens et chroniqueurs, c’était comme tous ceux de sa race, un “barbare” qui avait fait mourir la vieille reine Brunehaut, sa tante, rivale de sa mère Frédégonde, dans d’atroces conditions …

               Décidément, il m’apparaissait bien difficile de porter un nom symbolisant la tyrannie et d’être le descendant d’une famille révolutionnaire qui nous avait délivré de la monarchie absolue. Cette contradiction était en effet difficile à expliquer.

               Cependant, à mesure que passèrent les années, toutes ces images d’Epinal s’estompèrent tant et si bien que, comme mon père et toute ma famille, oncles et cousins Dagobert, je ne prêtais plus beaucoup d’intérêt à résoudre les problèmes soulevés par l’origine de cette chanson soit disante enfantine …

               Plus tard, je verrai !

               Cela n’empêchant pas que l’on me rappela de temps en temps, sans méchanceté, mais avec plus ou moins d’humour que ce nom semblait insolite, curieux, qu’il étonnait, intriguait ou faisait tout simplement sourire selon la personne qui s’y intéressait.

               Un jour, mon fils aîné, Jean-René, peu après la rentrée des classes, trente années après moi, rentra furieux à la maison :

                   – J’en ai marre de m’appeler Dagobert ! Je voudrais m’appeler autrement, par exemple Charpentier comme mon copain …

               Je m’attendais bien à une réaction de sa part lorsqu’il serait confronté aux moqueries de ses camarades, comme je l’avais été moi-même et mon père sans doute ; mais de là à vouloir changer de nom cela m’avait étonné ; c’est une éventualité qui ne m’était en effet jamais venue à l’esprit. J’étais au contraire très heureux d’avoir un patronyme différent des autres et aussi authentiquement français puisque “franc” par définition étymologique.

               Je fus donc plus embarrassé que mon père pour lui donner une réponse satisfaisante d’autant plus que la guerre, l’occupation, la libération puis le retour à la paix avec la Quatrième République m’avait fait changer d’opinions sur un régime qui s’était montré si peu à la hauteur des “Grands Ancêtres” : la Troisième République, celle des Francs-Maçons, disait-on au temps de Vichy …

               Mon enthousiasme d’avant-guerre pour Marianne s’était réduit, même si, à cause de la guerre d’Algérie, la Cinquième République avait remis un peu d’ordre dans la Maison France. Je jugeais mal les politiciens, ces chevaux de retour qui ne pensent qu’à l’assiette au beurre quelle que soit leur étiquette politique. Mon père était mort, le 23 mai 1956, vingt ans après la parution de cette “Illustration” où l’on parlait du roi Dagobert en Alsace et j’avais conservé précieusement ces revues qu’il achetait et qu’il commentait pour moi. Je ne trouvais donc plus d’intérêt à cette histoire qui m’avait tant intriguée dans ma jeunesse parce que je portais le nom d’un roi mérovingien si lointain qu’il m’apparaissait désormais comme un mythe.

               De ce roi, il ne restait bel et bien que cette chanson burlesque avec laquelle j’avais appris à vivre et dont personne, pas même un écrivain ou un journaliste quelconque, ne cherchait à connaître la raison de sa popularité et encore moins sa véritable origine.

               C’est pourquoi, en en ayant pris mon parti, je conseillais à mon fils d’en faire autant et de répliquer aux moqueurs en se moquant d’eux sur leurs travers voire même sur leur nom : Dagobert n’a pas l’exclusivité des railleries ! En effet, que dire des Cocu, des Pucelle ou autres Salaud … ?

               Au demeurant, occupé et passionné par mon métier, je n’avais pas eu le temps matériel de faire les recherches que je m’étais promis de faire autrefois.

               Mais, les beaux jours de l’expansion économique, les “trente glorieuses” a-t-on écrit, prirent fin, hélas ! La concurrence devint d’autant plus acharnée qu’il y avait moins de travail, moins de clients surtout dans les professions du bâtiment sous la tutelle des “cols blancs” d’une administration pléthorique devenue presque exclusivement “donneur d’ouvrages” en faveur des collectivités locales. La politique avait bien sûr mis le pied dans ces affaires … C’est dans ce contexte plus difficile, qu’en 1979, pour mon cinquantième anniversaire, un inconnu s’avisa de me remettre méchamment en mémoire cette chanson du roi Dagobert : utilisant le téléphone, garant de son anonymat, il me harcelait jour et nuit de propos venimeux en m’informant avec un cynisme révoltant qu’il voulait me nuire, me ruiner, toutes choses fort désagréables à entendre ! Il me comparait bien sûr car il était instruit à ces rois incapables, débauchés et cupides dont il se faisait fort de débarrasser la profession d’architecte que je venais tout juste d’exercer grâce à une loi permettant aux “maîtres d’œuvre” d’être inscrits sur le Tableau de l’Ordre avec le titre assez bizarre d’ailleurs d’agréé en architecture. En effet, on est “agréé” par quelqu’un et “agrégé” en quelque chose … Enfin, passons !

               Pas de doute pour moi, il s’agissait d’un jaloux doublé d’un mythomane car il mettait en avant une “haute personnalité” sans la nommer bien sûr qui le protégeait éventuellement si par hasard je l’identifiais. Etonné malgré tout d’être l’objet d’attentions aussi malveillantes, car je ne me connaissais pas d’ennemis aussi acharnés, je ne pouvais rester sans réaction et j’informais le Procureur de la République le priant de placer ma ligne sur table d’écoute. En vain !

               Il me fallu de nombreuses années et plusieurs concours de circonstances dues au pur hasard pour découvrir l’auteur de cette sinistre plaisanterie ainsi que ses complices, des confrères architectes diplômés !

               Mais le mal était fait et je ne pouvais que le déplorer : ces lâches individus avaient agi par intérêt personnel pour capter ma clientèle qu’elle soit privée ou publique. Surtout publique, car des politiciens étaient véritablement les amis de ces gens-là, ceux qui distribuent la commande publique aux seuls titulaires de diplômes écartant ainsi les autodidactes qui sont en général, suspectés d’être incompétents et surtout affairistes pour ne pas dire magouilleurs selon un mot à la mode.

               J’étais donc fait néant, professionnellement bien sûr, tonsuré comme ce pauvre Childéric l’avait été par le rusé Pépin le Bref, en 751 !

               Je n’exagérais pas, la calomnie propagée par la rumeur publique est bien l’arme la plus efficace pour évincer un concurrent :

                   La calomnie, Monsieur ! Vous ne savez guère ce que vous dédaignez, j’ai vu les plus honnêtes gens prêts d’en être accablés ; croyez qu’il n’y a pas de plate méchanceté, pas d’horreur, pas de conte absurde, qu’on ne fasse adopter aux oisifs d’une grande ville en s’y prenant bien : et nous avons ici des gens d’une adresse …

               Ainsi parlait Bazile, et Figaro, le Barbier de Séville, après avoir entendu la tirade, s’exclamait en aparté :

               C’est un grand maraud que ce Bazile, heureusement il est encore plus sot. Il faut un état, une famille, un nom, un rang, de la consistance enfin pour faire sensation dans le monde en calomniant. Mais un Bazile ! Il médirait qu’on ne le croirait pas.

               Figaro se trompait, les gens aiment la médisance … Mais, la réalité dépasse parfois la fiction. Lorsque j’ai identifié mes détracteurs, j’ai eu la surprise d’apprendre que l’un d’eux s’appelait … Malcuit, et un autre, Daguebert ! J’aurais pu en rire si ces personnages ne s’étaient pas donné beaucoup de consistance pour me porter préjudice.

               En effet, le premier était véritablement l’ami d’une haute personnalité. Quant au second, jugeant son nom, Daguebert, trop roturier et sans doute autant que moi brocardé par la fameuse chanson, il s’était tout bonnement donné le titre de Comte de Robecq, descendant des Montmorency, Grands d’Espagne, depuis qu’il avait jeté l’ancre dans le Pays Nantais, venant de je ne sais où. En outre, pas plus diplômé que je ne le suis et sans être inscrit à l’Ordre des Architectes, il se faisait passer pour architecte D.P.E., diplôme qui n’existe plus depuis 1940 date de la création de l’Ordre par le régime de Vichy. Né en 1928, il aurait donc fallu qu’il le passe avant sa douzième année !

               Figaro était bien naïf décidément : la jobarderie de certains milieux “bon chic, bon genre” dépasse l’imagination et nos deux lascars faisaient florès auprès des notables et des architectes du Pays Nantais dont un certain nombre a gardé la nostalgie de la Monarchie dans laquelle les nobles et les bons prêtres restaient les garants de ces anciennes valeurs qui avaient fait la grandeur de la France …

               Alors, je vous le demande, que venait faire ce Dagobert qui faisait ses maisons à l’envers, n’étant pas diplômé et qui, sous prétexte qu’il était inscrit au Tableau de l’Ordre, prétendait accéder à la commande publique ?

               On comprendra aisément dans quel état de stress je me trouvais avant d’avoir identifié les corbeaux et mon esprit enfiévré m’avait fait comparer mon interlocuteur anonyme à Asmodée dans le rôle du diable boiteux qui accompagnait Don Cléophas pour soulever toutes les nuits les toits des maisons afin de surprendre les secrets de leurs habitants. Je ne croyais pas si bien dire puisque le diable boiteux s’était transformé en diable mal cuit et le noble qui l’accompagnait en Comte de Robecq !

               Certes, une fois percé le mystère, je m’empressais de faire connaître la vérité aux notables concernés et à l’Ordre des Architectes afin que l’on fit en sorte que de tels agissements ne se renouvellent pas. Quant à demander justice et réparation, c’était une autre affaire … D’ailleurs, cela ne changeait rien à une situation rendue irréversible par des rumeurs publiques alimentées par les calomnies de mes détracteurs. Il me fallait faire avec, ce que je fis en ne me gênant pas pour écrire quelques vérités qui mirent plus d’un notable en difficulté au cours de la dernière campagne électorale des municipales. Et plus d’un, même, perdit son mandat : juste retour des choses …

               Frappé cependant de la facilité avec laquelle à partir d’une chanson enfantine  ces gens-là avaient pu exploiter la bêtise et l’ignorance, je décidais de consacrer plus de temps à mes recherches pour retrouver à quelles dates et en quelles circonstances exactes cette chanson avait été composée. J’avais plus que jamais l’intime conviction que c’était à la suite d’événements historiques dans lesquels avaient été mêlée la famille Dagobert bien avant la Révolution et même avant le XVIIIe siècle au cours duquel elle était apparue, selon les historiens.

               La rareté de ce patronyme a, je dois le dire, grandement facilité les choses d’autant plus que je connaissais portant ce nom un personnage historique, le général Dagobert de Fontenille. Mais, il n’était pas le seul car sur la même page du grand Larousse encyclopédique de mon père soigneusement conservé outre les rois Dagobert de l’histoire et ce général, un patriarche de Jérusalem, Dagobert lui aussi, attira mon attention : il avait participé à la première croisade avec les Normands d’Italie, descendants de Tancrède de Hauteville.

               Or, le général Dagobert étant né dans cette province, il était pour le moins curieux de voir qu’un autre personnage célèbre, au point d’avoir les honneurs du dictionnaire, avait un rapport avec la Normandie. Et, puisque le général Dagobert avait connu la gloire à la même époque où mon modeste aïeul participait à la défense de Nantes attaquée par l’Armée Catholique et Royale, je commençais à tenir le bout de ce fil conducteur qui me permettrait de retrouver l’histoire de la famille, donc l’origine de cette chanson politico – burlesque au mode d’emploi si particulier.

               Commençons donc par ces journées de juin 1793 où les généraux de l’armée catholique et royale adressèrent aux défenseurs républicains de Nantes un ultimatum ainsi rédigé :

               Messieurs, aussi disposés à la paix que préparés à la guerre, nous tenons d’une main le fer vengeur et de l’autre le rameau d’olivier. Toujours animés du désir de ne point verser le sang de nos concitoyens et jaloux d’épargner à cette ville le malheur incalculable d’être prise de vive force, après en avoir délibéré en notre conseil, réuni au quartier général à Angers, nous avons arrêté à l’unanimité de vous présenter un projet de capitulation dont le refus peut creuser le tombeau de vos fortunes et dont l’acceptation qui vous sauve, va sans doute assurer à la Ville de Nantes, un immense avantage et un honneur immortel.

                   En conséquence, nous vous invitons à délibérer et statuer que le drapeau blanc sera de suite et six heures après la réception de votre lettre, arboré sur les murs de la Ville.

                   Que toutes les caisses publiques, tant du département, du district, de la municipalité, que des trésoriers et quartier-maîtres nous seront pareillement apportées, que toutes les armes nous serons remises, que toutes les munitions de guerre et de bouches nous seront fidèlement déclarées et que tous les autres effets, de quelque genre que ce soit, appartenant à la République, nous serons indiqués et livrés pour que par nous il en soit pris possession au nom de sa majesté Louis XVII, roi de France et de Navarre et au nom de Monseigneur le Régent du Royaume.

                   Qu’il nous sera remis pour otages, les députés de la Convention, des présents en mission dans la ville de Nantes et autres dont nous conviendrons.

                   A ces conditions, la garnison sortira de la ville sans tambours ni drapeaux, des officiers seulement avec leurs épées et des soldats avec leurs sacs, après avoir fait serment de fidélité à la religion et au roi, et la ville sera préservée de toute invasion, de tout dommage et mise sous la sauvegarde et protection de l’armée catholique et royale. En cas de refus, au contraire, la Ville de Nantes, lorsqu’elle tombera en notre pouvoir, sera livrée à l’exécution militaire et la garnison au fil de l’épée.

               Mais Nantes ne manquait ni de bons généraux, ni de vrais patriotes.

               Jean-Baptiste Camille de Canclaux était sorti à seize ans en 1756 de l’Ecole de Cavalerie de Besançon et devint major au régiment de Dragons-Conti à la veille de la Révolution. Sa famille cousinait avec des grands propriétaires du Roussillon dont la famille Pailhoux de Cascastel ainsi qu’avec le prince de Montbarey, Ministre de la Guerre sous Louis XVI. Devenu républicain ainsi que Beysser, comme tant d’autres officiers de l’Ancien Régime tel le futur général Dagobert de Fontenille, avec Baco, maire de Nantes ardent patriote, avec toute la population dont faisait partie François-Gilles Dagobert, préposé des Douanes, enrôlé dans la garde nationale, tous, ils repoussèrent l’ultimatum de Charette par une proclamation indignée qui s’achevait sur un ton tragique dans le style emphatique de cette époque révolutionnaire :

                   – Si par l’effet de la trahison ou de la fatalité, cette place tombe au pouvoir des ennemis, je jure qu’elle deviendra leur tombeau et le nôtre, et que nous donnerons à l’univers un grand exemple de ce que peuvent inspirer à un peuple la haine de la tyrannie et l’amour de la liberté. Signé Beysser.

               Dieu merci, ni la fatalité et encore moins la trahison ne permit à l’armée catholique et royale de se livrer à un exécution militaire telle qu’elle avait eu lieu autrefois, le 10 juin 1574 à Saint Lô ou telle qu’elle aura lieu, le 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane.

               Retenons ces deux dates, elles font partie de l’histoire de la famille Dagobert, car cette exécution militaire du 10 juin 1574, François Gilles Dagobert en avait entendu parler par ses parents, à Vitré, et celle du 10 juin 1944, j’en verrai les auteurs lorsque la division SS “Das Reich” montera sur la Normandie, venant du Languedoc, en passant par Limoges. Cette division dont un détachement détruisit Oradour et massacra ses habitants comme les troupes catholiques avaient détruit Saint-Lô et massacré les protestants quatre siècles avant.

               Ainsi, et malgré les invocations des chefs de l’Armée Catholique et Royale, la Providence n’avait pas permis la réalisation de ce funeste projet. François-Gilles Dagobert survivra à la Révolution alors que son cousin normand trouvera la mort là-bas en Espagne après s’être livré, avec ses soldats à une exécution militaire contre un village de Cerdagne, Montella, refuge de terroristes.

               Pareillement, Cathelineau, le Saint de la Vendée s’écroulera mortellement blessé par le coup de feu d’un ouvrier cordonnier embusqué à la fenêtre d’une maison de la place des Agriculteurs, maintenant la place Viarme à Nantes. Démoralisée, la colonne de Cathelineau battit en retraite vers le nord tandis que l’armée de Charette arrêtée devant la Loire se repliait sur le Pays de Retz. A Nantes, se fut la joie, l’enthousiasme :

               Le siège de Nantes, dira Turreau, est peut être l’événement le plus important de notre Révolution. Peut – être les destinées de la République étaient-elles attachées à la résistance de cette ville. Tout ce qui avait précédé cette mémorable journée semblait garantir le succès du parti royaliste.

               Turreau était un ami du général Dagobert qu’il sauvera de la guillotine. Mais, il ne savait pas que parmi les défenseurs de Nantes il y avait un autre Dagobert. Qui pouvait le savoir, d’ailleurs ? La chanson du roi Dagobert était encore inconnue par la majorité de la population et, autant le général Dagobert connaîtra la gloire et les honneurs avant de disparaître, autant mon aïeul, obscur sans grade dans la garde nationale, restera inconnu ainsi que ses descendants. Et, si leur nom n’avait pas été celui d’un roi mérovingien de curieuse réputation, qui, maintenant aurait parlé d’eux ?

               Il y a longtemps que le tombeau de François-Gilles Dagobert n’existe plus dans le petit cimetière de Joué-sur-Erdre où il reposait depuis 1833. Le général Dagobert repose à Perpignan au cimetière Saint-Martin, avec Dugommier, sous un tombeau en forme de pyramide ; mais, il ne reste que les descendants de François-Gilles dont les aïeux quittèrent la Normandie au temps des guerres de religions.

               Ainsi, l’histoire de cette famille a pu être retrouvée par ses “Cousins de l’An II” restés ignorés, malgré un nom dont la célébrité n’est reconnue que par une chanson enfantine.


Soutien au site

Vous avez apprécié le livre Le Roi Dagobert. Vous pouvez soutenir la Gazette de Rennes-le-Château en laissant un pourboire en cliquant sur ce lien https://fr.tipeee.com/gazetterenneslechateau !

Abonnez-vous à la liste de diffusion pour être tenu au courant des prochains articles en cliquant ICI !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


8 + 11 =