Le tombeau du Christ vidéo de Pierre Silvain, ULPIAN

ULPIAN dévoile le secret du tombeau du Christ

Vers le tombeau du Christ

Deux ans après l’arrestation surprise de tous les Templiers du Royaume de France à l’aube du vendredi 13 octobre 1307, le catalan Raymond Lull déclarait* :

«  Il existe sans doute de nombreux secrets chez les chrétiens. Parmi eux, il en est un (en particulier) qui représenterait une révélation incroyable, comme celui que livrent en ce moment les templiers (…) si une telle infamie était rendue publique et manifeste, elle mettrait en danger la barque de saint Pierre. »

*In « Liber de acquisitione terrae sanctae » (mars 1309), cité dans « Lull and Lullism in fourteenth century  France » par Hillgarth, Clarendon Press, Oxford, 1971, page 104.

Quel pouvait être ce terrible secret qui lui couta également la vie sur un bûcher de l’Inquisition ?

J’ai montré dans une vidéo « LE SECRET DES TITULUS ET DES N INVERSES » que le Christ (Nazoréen Roi des Juifs) n’a pas été crucifié et que la résurrection est une imposture.

Dans une autre vidéo «  LE GRAND SECRET RELIGIEUX DE LEONARD DE VINCI », j’ai montré au travers de 4 de ses peintures que, selon lui, le crucifié serait Jean-le-Baptiste (soi-disant décapité).

Dans «  LE MYSTERE DU BAPHOMET », j’explique que les Templiers dont l’Ordre a été créé (selon moi) pour garder caché dans le Razès le tombeau du Christ (et retrouver l’Arche d’Alliance) auraient découvert le pot aux roses et adoraient en secret Jean-le-Baptiste.

L’existence de 2 Messies est explicite dans le premier chapitre de l’évangile de Luc et mise en évidence dans le Cantique de Zacharie qui commence en 1.68, et la station 14 du CDC de Notre-Dame de Marceille (près de Limoux).

Le Christianisme a fusionné les 2 Messies en un seul, mais il y a 2000 ans les Juifs attendaient deux Messies opposés mais complémentaires, un Messie royal d’origine davidique ayant pour Mission de délivrer Israël et un Messie sacerdotal de la lignée d’Aaron.

Le prophète Zacharie 4 (1-14) cite deux oliviers à la droite et à la gauche du Seigneur, qui sont les deux oints (Messies)… Et les Ecrits de Damas citent les Messies d’Aaron et d’Israël…

Le Christ qui est le Jésus Barabbas libéré par Pilate a caché sa famille dans le Razès (Marie de Béthanie + 2 fils, Menahem et Eléazar qui se distingueront en 66 à Jérusalem puis Massada) ; fils caché (Bar abba) de Juda de Gamala, c’est le chef des zélotes et l’instigateur de toutes les insurrections juives, depuis celle qui a précédé son arrestation la veille d’une Pâque à celle de 66, ainsi que de l’incendie de Rome en 64 (ordonné dans «  Apocalypse »).

Les reliques de Jésus Barabbas se trouvent dans le Razès qui est l’épicentre du Grand Secret, c’est pourquoi il y existe un si grand nombre d’églises cryptées montrant un Christ VIVANT (RLC-station 14, Campagne/Aude, Espéraza) ou l’existence de 2 JESUS (RLC, Espéraza, NdM).

Etant l’inventeur des coordonnées polaires (rebaptisées coordonnées Ulpian) qui étaient le secret des géomètres templiers et le découvreur de « L’Escriture D.M. » (Centurie VIII.66) recherchée en vain depuis plus de 500 ans, je vous ai révélé au fil des ans l’emplacement des reliques des 2 Jésus (Messies).

« Quand Escriture D.M. trouvée,

Et cave antique à lampe decouverte,

Loi, Roi et Prince Ulpian Esprouvés,

Pavillon Reine et Duc sous la couverte. »

Centurie VIII.66

Vous pouvez voir sur une carte de la Nouvelle Jérusalem (IGN QUILLAN 2347 OT), le point A2 qui désigne l’emplacement sur les pentes du Mont Cardou de la crypte dans laquelle sont déposés les « os » du Christ Jésus Barabbas.

« Au fondement de la nouvelle secte,

Seront les os du Grand Romain trouvés,

Sépulcre en marbre apparaitra couverte,

Terre trembler en avril, mal enfoui. »

Centurie VI.66

Le A2 désigne le Christ Alpha (brut) suggéré par le XPA de AXPADIA de la dalle papier, en sous-titrage du Baptistère, et comme «  θ second-premier »  du petit parchemin.

Le tombeau du Christ accessible grâce à la dalle de Marie de Nègre d'Ables
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-1-696x112.png.

Revenons un instant à la carte de l’abbé Henri Boudet (VLC) publiée en 1886 ; elle indique l’emplacement des reliques des 2 Messies = Sauveurs, à cet instant T, sans préjuger de leur devenir. Pour le comprendre, il faudra attendre son décès en 1915 et les inscriptions de sa tombe. Il en ressort que sa carte (Voir LE MYSTERE DES DEUX JESUS page 195 à 198) est la CARTE DU GRAAL.

Le tombeau du Christ situé sur la carte de Boudet

Lors de leur RE-découverte, les reliques du crucifié qui est Jean-le Baptiste se trouvaient dans le cimetière de SERRES ! Leur emplacement entre la route et le Rialsès est figuré par un point devant Rialsès que Boudet désigne comme « Dieu » symboliquement représenté par un point dans un cercle (ici le cercle est le Cromleck). L’identité de « Dieu » en conformité avec mes autres recherches (peintures Vinci, Baphomet, Cantique de Zacharie, etc.) est donnée par le numéro de la page 246 de la VLC qui correspond à la fête du Baptiste (24.6).

Le tombeau du Christ localisé sur le pech Cardou

Le testament que François-Pierre D’Hautpoul rédigea en 1644 et qu’il remit au notaire Captier d’Espéraza disparut pour ne réapparaitre qu’en 1780 dans les mains du notaire Jean-Baptiste Siau, qui n’accepta de le communiquer à Marie de Nègre veuve de François d’Hautpoul décédé en 1753, qu’avec beaucoup de réticences.

« Il n’y aurait pas de prudence de ma part de me dessaisir d’un testament de si grande conséquence. »

Marie de Nègre le remit à son chapelain Antoine Bigou à la fin de l’année et mourut vers le 17 janvier de l’année suivante…

Il contenait de terribles et incroyables révélations que je vais vous expliquer et qui remettent en cause la résurrection qui est le fondement du Christianisme ; Saint Paul n’a-t-il pas écrit que sans résurrection il n’y aurait pas de Christianisme ?

«Si Christ n’est pas ressuscité, notre prédication est vaine et vaine aussi votre foi. » (7 Cor., 15,14). 

La stèle de Marie de Nègre d’Ables conduit au tombeau du Christ

Stèle reconstituée pour trouver le tombeau du Christ


Reconstitution de la stèle de pierre codée par l’abbé Bigou (1781)
Copyright UlpiaN

Marie de Nègre d’Ables Marquise de Blanchefort est décédée à Rennes-le Château selon son acte de décès, mais le caveau des Seigneurs était condamné depuis le début du siècle. Elle fut donc inhumée à Rennes-le-Château et pas ailleurs selon la coutume rapportée par le chercheur Patrick Mensior dans sa revue PARLEZ-MOI DE RENNES LE CHATEAU.

Le relevé de la stèle rapporté en 1906 par la S.E.S.A. dans son bulletin N° 17 n’est qu’un relevé papier puisque la tombe est aujourd’hui inexistante et qu’il n’existe aucune photo.

D’autre part, en raison des nombreuses anomalies relevées et outre des lettres anormales, l’existence d’une erreur sur le nom de famille (DARLES au lieu de DABLES) et l’apparition du mot CATIN, il est IMPOSSIBLE qu’une telle stèle ait pu être exposée.

J’ai donc, à partir du relevé 1906, reconstitué un texte plus conforme mais néanmoins codé…


Reconstitution de la stèle de MDN (Copyright UlpiaN)

  • Présence de deux lettres anormales (M et p comme sur le fronton de l’abbaye d’Orval).
  • Deux lettres manquantes (E de BLANCHFORT et p de SEPT)
  • Total des lettres 117
  • Alignements de 5 E sur deux droites (Diagonale des M et dans DECEDEE LE)
  • Alignement de 3 A
  • Alignement de 3 D
  • Alignement de 3 E
  • Alignement de 3 X

En résumé, 3 fois répété X A DE

Il s’agit là de l’expression du SECRET DES LETTRES dévoilé par Maurice Leblanc dans HERLOCK SHOLMES ARRIVE TROP TARD et déjà rencontré aux pages 186 et 132 du Codex Bezae, sur les deux versions des « Bergers d’Arcadie » de Nicolas Poussin, puis sur la version SESA (1906) de la stèle, ainsi que dans de nombreux noms et acronymes.

Voyons si cette tombe est muette ou parlante :

– Le X de SOIXANTE qui est avant le sept (ANTE SEPT) nous suggère le X de XVII qui est avant le sept (VII)… Nous traçons donc la droite joignant les 2 X de la 6e et de la 9e ligne et qui suggère le Christ secundo primo (car né après le Baptiste et passé premier) qui informe par le E et le p qui sont de part et d’autre, qu’il s’agit de l’épée ainsi qu’il se désigne lui-même en Matthieu 10.34 (Louis Segond).

«  Je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. »

– Nous pouvons également lire verticalement en jaune un mot en latin I N E R I T qui signifie IL HERITE et désigne « Le fils du père » c’est-à-dire « Bar abba » qui est Barabbas.

La carte de la VLC et la stèle

Le chercheur Jacques Mazières (alias Simple curieux) a eu l’idée de vérifier si la carte de la VLC (Vraie Langue Celtique – 1886) pouvait se superposer à la carte d’Etat Major (1880) ainsi qu’aux tracés de la stèle (relevé SESA 1906) et de la dalle…

Et il a démontré que OUI. (Voir vidéo de sa conférence du 17 janvier 2020)

– Le point qui ne devrait pas figurer à la fin du titre « Rennes (6 lettres) celtique (8 lettres) . (1) » est superposable au menhir des Pontils près de Peyrolles.


Document Jacques Mazières – Superposition carte VLC (1886) sur la carte d’E.M (1880)

De même, la pointe du M de M/ARIE de la stèle, qui représente donc le menhir !


Document Jacques Mazières – Comparaison carte VLC (1886) et relevé stèle (1906)

Rien d’étonnant de développer l’hypothèse que la stèle de Marie de Nègre (fidèle au principe d’inversion) soit un PLAN de la région désignant un point bien particulier…

MERIDIEN ZERO

En raison de son décalage vers la droite, il est possible de tirer un trait vertical entre la barre droite du N et la barre gauche du M de M/ARIE.

L’hypothèse qu’il s’agit d’une représentation d’un méridien devient d’autant plus plausible que le mot MéridieN commence par un M et finit par un N. Comme par hasard, ces 2 lettres sont les 13e et 14e lettres de l’alphabet et sont suggérées par le « LE » du bénitier de l’église de RLC rajoutées en 13e et 14e position à la phrase PAR CE SIGNE TU (le) VAINCRAS.

Ce méridien, étant situé à l’ouest du menhir (pointe du M) des Pontils et à proximité, est la représentation du méridien zéro de l’observatoire de Paris.


Représentation du méridien zéro sur la stèle (Copyright UlpiaN)

Ce point bien particulier est le E du mot DE situé au centre du texte de la stèle et qui n’y est pas venu par hasard ; pour cela, il a fallu le remonter en inversant plusieurs mots du texte, qui aurait dû s’écrire avec la date du décès AVANT l’âge du décès.

D’autre part, il ne vous aura pas échappé que ce E se retrouve au centre d’un X constitué par la diagonale des M (Premier M de M/ARIE et dernier M de l’année MDC…) et de la diagonale des R de ARIE et R de JANVIER. En aucun cas, cela ne peut être le fruit du hasard, d’autant plus que l’axe vertical et médian de la stèle dessine le I d’un chrisme géant qui désigne le Christ.

Le chrisme géant (IX entrelacés) découpe la stèle et le paysage, et le centre du Chrisme repose sur la lettre E (que l’on peut assimiler à un Σ ) du mot DE.

Il ne nous reste plus qu’à localiser l’emplacement du centre du Chrisme par la géométrie (G), ce qui est un jeu d’enfant (Copyright UlpiaN).

AXE MEDIAN

Le haut de la stèle représentant le nord, la croix sommitale et médiane de la stèle qui se trouve à gauche donc à l’ouest du méridien représente la première église existante, soit l’église de Serres.


Document photo montage de Jacques Mazières

– En 1886, soit un siècle plus tard, la croix de calage de la carte Boudet, qui ressemble à un H couché représente l’AXE MAJEUR, car selon la VLC page 219 l’H est l’AXE (Copyright UlpiaN).

– Plus tard encore, ainsi que je l’ai interprété dans LES SECRETS D’ARSENE LUPIN (épuisé), la grande coupure entre les deux parties de l’ile de SAREK (anagramme de ARKES pour Arques) dans le roman L’ILE AUX 30 CERCUEILS désignera le MERIDIEN DU CHRIST (ou des Origines) qui passe au milieu du village de Serres dont le nom est un palindrome du mot S.E.R. qui désigne la Sainte Eglise Romaine et son contraire l’Eglise cathare, ainsi que nous y renvoie le secret de Teniers qui est dans l’anagramme de son nom (TENIERS = ET IN SER)…(Copyrigh UlpiaN)

Le tombeau du Christ est codé dans le roman L'Ile aux trente cercueils de Maurice Leblanc avec le lieu Sarek mis pour Arques

– En l’an 2000, sous la Présidence de François Mitterrand fut inaugurée la méridienne verte qui se superpose à l’ancien méridien zéro, matérialisée par des bornes comme ci-dessous :

Curieusement, non pas une mais deux bornes méridiennes ont été disposées à Serres qui se trouve à près de 800 mètres de leur emplacement normal (une seule suffit à l’ordinaire) ; leur emplacement à l’entrée du pont « romain » et sur la place de l’église désigne un méridien passant à la fois sur la croix sommitale de la stèle, le I du chrisme, et le point A2 de ma carte situant le tombeau du Christ sur l’une des portes de la Nouvelle Jérusalem que j’ai découverte. J’appelle cette droite qui est un AXE MAJEUR selon Boudet, l’AXIS MUNDI.

La verticale du tombeau du Christ est située à l’intersection de la ligne méridienne passant par l’église de Serres et les deux bornes, avec la circonférence d’un cercle ayant pour centre le menhir des Pontils et un rayon déterminé par le M de la date MDC… soit Mille toises.

Le tombeau du Christ est visible depuis la borne méridienne du pont de Serres dans l'Aude

UlpiaN, le 2 mai 2020


La stèle décryptée vers le tombeau du Christ

Le tombeau du Christ crypté dans la stèle de Marie de Nègre

Stèle papier relevé S.E.S.A. 1906 (Bulletin N° 17)

Le graal est le tombeau du Christ sur la stèle de Marie de Nègre

A la cinquième ligne à partir de la fin se trouvent 5 E qui est la cinquième lettre de l’alphabet.
Compter une lettre toutes les 5 lettres à partir de la première ligne et vous obtenez le mot GRAAL
(Le mot Graal a été découvert par le chercheur Jean Bertrand)


Le mot GRAAL formé par la première lettre du nom de 5 statues de Saints de l’église de RLC dessine un M (ou W des barbes du baptistère) mais aussi un Σ initiale de Sauveur.
Il s’agit donc du Christ et non d’un calice et ce Christ formalisé par les 2 croix est l’Epée (Ep).

Le tombeau du Christ est localisé par le E central de la stèle de Marie de Nègre

Le E qui est au centre de la stèle représente le Sauveur (Christ) au centre d’un chrisme géant passant par la diagonale des R et la diagonale des M.
Sa localisation géographique est à l’intersection de la méridienne passant sur le pont de Serres et d’un cercle ayant pour centre le Menhir et pour rayon M (MILLE de MDC…) toises.

Le tombeau du Christ est symbolisé sur la stèle de Marie de Nègre par les 3 X

Nous constatons la présence de 3 X de 3 A de 3 E de 3 R et de 3 D E alignés.
Le SECRET DES LETTRES nous livre le message suivant répété 3 fois :
X (Christ) – A (Alpha) – E (Est) – R (Aire) – DE (Dé)

Le tombeau du Christ est visualisé par la borne méridienne de la carte IGN

Carte IGN 2347 OT QUILLAN : le point A2 situé sur le côté de la Nouvelle Jérusalem et marqué par la borne méridienne décalée de 800 mètres de son emplacement normal est situé à l’aplomb du tombeau du Christ Jésus Barabbas, pseudo ressuscité.


Rhedae cache le tombeau du Christ

J’ai publié pour la première fois dans MA QUESTE DU GRAAL (octobre 2004) la carte de la Nouvelle Jérusalem et l’emplacement du tombeau du Christ en A2.

Dans mon édition du 2 mai 2008 de JESUS-CHRIST BARABBAS, j’ai rapporté mon expédition souterraine d’octobre 2007 sur les pentes du Cardou, au-dessus du village de Serres…

Et j’ai même montré la photo du Dé qui masque l’entrée !

S’agit-il d’un Rêve ou de la Réalité ? De quel R s’agit-il ?

Aujourd’hui, les temps ont changé.

Des forestiers ont retourné le sol et une végétation luxuriante a poussé…

Celui que les Mandéens appelaient Christ le menteur ou Christ le tricheur, l’imposteur pseudo-ressuscité Jésus Barabbas, dort en paix : ses os blanchis reposent pous l’Eternité.

Il fut aussi désigné comme « La pierre de l’angle, l’arc de la guerre, le piquet de la tente ».

Et il déclara :

« Je suis venu comme la pierre de l’angle et vous m’avez rejeté ; je reviendrai comme la principale. »

Et soudain, je compris le sens de la plus célèbre formule connue des Alchimistes et des Francs-Maçons :

« VISITA INTERIORA TERRAE RECTIFICANDOQUE INVENIES OCCULTUM LAPIDEM »

« Visite l’intérieur de la Terre et en rectifiant tu trouveras la pierre cachée »

Il fallait encore une fois appliquer le secret du R comme sur le tableau de Poussin et remplacer RECTIFICANDOQUE par un autre mot commençant par R , comme Rhedae.

« Visite l’intérieur de la Terre de Rhedae et tu trouveras la pierre cachée. »

« VISITA INTERIORA TERRAE RHEDAE INVENIES OCCULTUM LAPIDEM »

V.I.T.R.I.O.L.


Les sous-titres sont de la rédaction.


Soutien au site de la Gazette de Rennes-le-Château

Vous avez apprécié cet article sur le tombeau du Christ. Vous pouvez soutenir la Gazette de Rennes-le-Château en laissant un pourboire en cliquant sur ce lien https://fr.tipeee.com/gazetterenneslechateau !

Abonnez-vous à la liste de diffusion pour être tenu au courant des prochains articles en cliquant ICI !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire